2014, une année variée, diversifiée… bref, riche – Partie 2

On continue la rétrospective de mon année rhumesque 2014 avec trois bouteilles mortes de leur belle mort et une quatrième, pas encore ouverte.

 

 
La remplaçante est déjà là 😉

Mai – “Dommage que ce ne soit pas un Navy Rum…”

On ne change pas une équipe qui gagne et je recommence donc par un jeu de mots pourri 😀

Je n’ai que quelques bouteilles de rhum dans ma cave, qui ont été achetées à l’aveugle, celle-ci en est une (ou plutôt “en était une”, dans la mesure où celle-ci aussi s’est soudain retrouvée vide, quelques six mois après avoir été achetée). Certaines m’ont déçu et mon pari a été perdu, c’est loin d’être le cas ici. Pour moi ce rhum est un classique que l’on se doit d’avoir à la maison. Non seulement il plaira aux amateurs, mais les novices le trouveront également à leur goût. Et puis la forme de cette bouteille sera forcément du plus bel effet dans votre cave.

 

C’est une sorte de quintessence des rhums de la Barbade, un alcool sans prétention mais qui tape parfaitement juste.
Il est intéressant de noter que Foursquare Distillery produit des rhums où il n’y a aucun ajout de sucre et s’inscrit donc dans une démarche de respect du produit et de transparence vis-à-vis du client.

Ajoutez enfin que vous pourrez trouver ce rhum pour moins de 30€ sur internet et vous comprendrez sans peine que j’ai très récemment remplacé ma première bouteille – RIP.

 

R.I.P.

Juin – “Une Plantation en Jamaïque… Et, heu, de quoi exactement ?”

Après le R.L. Seales, voilà une autre bouteille qui plaira autant aux initiés qu’aux débutants.

La gamme Plantation (maison Cognac Ferrand) nous offre un choix très vaste de rhums venant de toutes les régions du monde (ou presque) productrices d’alcool de canne. Ils sélectionnent des fûts dont ils finiront de faire vieillir le contenu en France, dans des tonneaux ayant au préalable contenu du Cognac.

J’ai pu goûter pas mal de leur produits et je ne suis pas fan de tout, certains de leurs rhums étant trop sucrés pour moi. Cependant il y en a deux qui ont trouvé leur place dans ma collection : le Guatemala et le Jamaïque.
Ce dernier allie parfaitement la fougue et le côté “alcooleux” (sans être fort) de certains rhums de cette Île avec la douceur qui caractérise les rhums de la gamme. Le résultat est fruité, très peu marqué par le bois, doux tout en gardant une typicité de la Jamaïque, bref une réussite. Le prix est tout aussi doux puisque pour une quarantaine d’euros il sera à vous.
R.I.P.²

Juillet – “HSE = Hyper Soyeux et Expressif ?”

Changement total de registre, nous passons d’un rhum vieux à un rhum blanc et d’un rhum de mélasse à un rhum agricole. Tant qu’à faire, ne faisons pas les choses à moitié et allons du côté de l’AOC et donc de la Martinique, définitivement là où sont faits les rhums agricoles que je préfère.

Parmi toutes les distilleries martiniquaises, il y en a plusieurs que j’apprécie particulièrement (Depaz, J.M, Trois Rivières, Clément, Neisson…) dont HSE. Il se trouve d’ailleurs que c’est la maison dont je possède le plus de rhums dans mon armoire à malice.

Penchons-nous particulièrement sur leurs blancs millésimés et plus précisément sur leur millésime 2010, celui qui rentre dans cette rétrospective 2014.
L’idée même de blanc millésimé peut en surprendre plusieurs d’entre vous, pourtant certaines distilleries en proposent depuis désormais plusieurs années (les “Canne Bleue” de chez Clément par exemple), en plus de leurs blancs plus “basiques”.

Il est vraiment intéressant de goûter la différence d’un millésime à l’autre.

En ce concerne HSE, ils produisent un de ces rhums blancs premium tous les 3 ans (avant le 2010 il y avait donc le 2007). La raison pour laquelle ils n’en font pas plus souvent est simple et exceptionnelle à la fois : la réduction alcoolique (le passage du degré d’alcool à la sortie de la colonne de distillation à celui de mise en bouteille, ici 50°) se fait extrêmement lentement, sur une durée de trois ans !
Le résultat est un liquide avec plus de texture que la plupart des autres rhums blancs, il en est presque “visqueux”.
Vous pouvez le déguster nature, il est très bon, mais là où selon moi il prend toute son ampleur c’est en ti punch ; c’était à ce moment-là de ma découverte du rhum, simplement le meilleur rhum pour ti punch que j’avais pu boire.
Une de mes plus belles prises à ce jour 🙂

Août – “Le perfide Albion – ou pas”

Et à nouveau un grand écart puisque nous passons à un rhum vieux traditionnel et brut de fût qui plus est.

Voilà un de ces vieux Velier/Demerara qui sont si durs à trouver. Comme vous le savez tous – puisque vous avez tous lu avec attention les articles sur mes vacances en Italie – j’ai réussi à dégoter cette magnifique bouteille cet été dans le pays de Luca Gargano.

Comme vous pouvez le voir elle est encore fermée mais j’ai pu mettre la main sur un échantillon de cette merveille, que je suis en train de déguster pour vous en parler 🙂

Premièrement à l’œil, on voit clairement ce disque vert à la surface du liquide qui caractérise les vieux spiritueux mais il semble moins marqué par le bois que certains de ses confrères de Guyane Anglaise.
Le nez, superbe, nous révèle des arômes de coco (lait de coco), de bois, de pruneau et en arrière-plan d’amande. Le tout restant d’une grande fraîcheur tout est promettant de la gourmandise.
La bouche est tout aussi magnifique. Rappelons qu’il est “seulement” à 46.4° mais cela ne l’empêche en rien d’être très expressif. C’est avant tout le lait de coco qui domine (ce qui est tout à fait pour me plaire) et le fût suit de près sans être trop présent. Il y a également un petit quelque chose de poivré, sur le poivre vert.
La finale nous redonne le pruneau détecté au nez, accompagné par le boisé qui se fait plus présent les secondes passant. Vient mettre en valeur ce duo, un léger goût de tabac à rouler.
Ben putain ce que c’est bon !
Quelques minutes plus tard, persiste ce goût de pruneau assez nettement et le verre vide, lui, se fait de plus en plus tabac.

Eh bien, après cette première dégustation, je suis encore plus heureux de lui avoir mis le grappin dessus à celle-là 😀




To be continued…



Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s