La Martinique, la Guadeloupe… et Louviers – Partie 2

La suite.

 

Après une petite pause larves – ou pas (même si rétrospectivement, j’aurais dû essayer, mais ça m’est passé de la tête), je reprends mon périple.

Deux étapes assez rapides ensuite.

Leur cuvée 20ème anniversaire.

Plantation pour commencer. Une demi-douzaine de bouteilles était en dégustation.
La gamme Plantation (Cognac Ferrand) est très large. Elle est divisée en deux, les bouteilles trouvables “partout” et leurs éditions limitées. Ils proposent en fait aux cavistes de créer des embouteillages venant de fûts uniques venant d’un peu partout dans le monde et créent ainsi une sorte d’exclusivité (étiquette noire, contre étiquette blanche pour les bouteilles “normales”).
De manière générale, je trouve leurs rhums assez sucrés (parfois trop). Je connais déjà bien leur Guatemala et leur Jamaïque, que je trouve intéressants et agréables.
J’ai donc voulu en tester un autre : le Sainte Lucie. Et bien il ne fait pas partie des trop doux. Il est plus puissant, que ce soit en intensité gustative ou en impression d’alcool. Il offre la singularité d’être très empyreumatique (arômes brûlés, grillés, fumés…), ce qui est définitivement quelque chose qui m’attire.

 

Sainte Lucie à gauche et Sainte Lucie au centre

On continue avec un stand où étaient présents des rhums de traditions espagnole et anglaise, de différentes distilleries, distribués par Dugas.

Je connaissais la plupart des bouteilles proposées, avec par exemple l’Admiral Rodney (de Sainte Lucie aussi), qui est une de bouteilles qui, il y a quelques temps maintenant, m’a fait passer de rhums doux à des rhums plus boisés.
Mon choix s’est donc porté sur le 1931 (de Sainte Lucie, décidément…).
Peut-être en attendais-je trop, quoi qu’il en soit je n’ai pas été séduit, ne lui trouvant rien de particulier ou d’intéressant, sans être mauvais pour autant.

Pour finir cette tournée de dégustation, direction la table CBH, distributeur sur le territoire français de rhums de différentes parties du monde.
Il y a par exemple la gamme El Dorado. Provenant de Guyane Anglaise ou Guyana, ces rhums sont déclinés en plusieurs âges, le 12 ans, le 15 ans, le 21 ans et d’autres plus vieux, qui atteignent des prix très élevés. Je ne vais pas m’attarder sur Demerara Distillers Limited, qui est l’entreprise qui produit ces rhums ou sur le pays dont ils sont issus, je l’ai déjà assez fait sur ce blog en parlant des fameuses bouteilles Velier. Cependant, si vous êtes intéressés pour en savoir plus, je vous invite à lire le travail de titan publié à cette adresse :
http://barrel-aged-thoughts.blogspot.fr/p/the-demerara-distilleries-english.html
Prévoyez du temps, la quantité d’information (et donc les recherches menées pour les compiler) est tout simplement au-delà de ce que je peux imaginer !

Bref, je connais bien le 12 ans, puisqu’il s’agit de mon premier amour, un rhum assez sucré et très facile à boire.
Je dois à nouveau goûter le 15 ans, n’ayant pas une image très précise de son profil.

Je trouve ces bouteilles assez classes personnellement.

En revanche, j’ai pu déguster le 21 ans, pour la première fois, et je dois avouer avoir séduit. Comme un benêt, je n’ai pas pris de notes de dégustation sur celui-ci mais dans mon souvenir, c’est un rhum complexe, qui offre beaucoup de pistes gustatives différentes. Définitivement à tenter à nouveau dès que l’occasion se présente !

Il y a aussi le rhum de Martinique, récemment ressuscité : Héritiers Madkaud. La distillerie a fermé il y a de nombreuses années mais la marque a été reprise par les héritiers de la famille il y a environ 6 ans. Ils proposent pour l’instant un blanc et un VSOP (4 ans).
Nous sommes sur un agricole AOC, ce qui devrait donc me plaire.
Et le blanc confirme : un bon agricole où le jus de canne est bien présent et qui se caractérise également par des notes poivrées et épicées. Vraiment pas mal.
J’ai été un peu moins enthousiasmé par leur vieux, qui ne m’a pas “offert” grand-chose.
En revanche, étant donné la matière première, je dois dire être impatient de découvrir leur XO à sortir !

La Jamaïque très bien représentée !

J’ai fait l’impasse sur quelques stands, ne pouvant malheureusement pas rester trop longtemps.

Je ne suis par exemple pas passé (en tout cas pour déguster) à la table où quelques agricoles étant présents les connaissant déjà.

Je regrette un peu ne pas être passé voir la Compagnie des Indes, mais j’aurai l’occasion de les déguster j’en suis sûr.

Pour finir, un mot sur le Hampden (distillerie de Jamaïque) de chez Silver Seal : exceptionnel. Voilà c’était un mot.
Pour vous en dire un peu plus, c’est un rhum réalisé dans la tradition jamaïcaine, avec une fermentation très longue et une distillation sur des alambics.
Ces deux principes d’élaboration (ainsi que d’autres), créent un rhum d’une richesse hors du commun ; complexe, puissant, intense, long, original… TOUT pour plaire.

Merci à Florent pour l’échantillon que j’ai pu rapporter à la maison ! Je vais le savourer 🙂

 

C’est ainsi que s’achève mon aventure normande. La tête pleine d’expériences et de rencontres, bref, un moment très sympathique.

Et merci à ma femme qui, non seulement m’a conduit au retour, a pris les photos mais surtout m’a supporté tout le week-end ! 🙂

One thought on “La Martinique, la Guadeloupe… et Louviers – Partie 2

  1. Pingback: Quand l’Eure rencontre l’Aveyron : Rhum Twelve | Les rhums de l'homme à la poussette

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s