Une soirée italienne aux Caraïbes – partie 1

Samedi 7 novembre, 00h51. Un mail arrive dans ma boîte. Envoyeur : Christian de Montaguère. Objet : invitation pour une rencontre avec Luca Gargano. Réaction dans la tête de Laurent : “Tatata tata tata” (sur un air de samba).

On est parti pour passer une bonne soirée !

 

Je lis brièvement l’email et comprends donc qu’il y une soirée organisée dans la boutique de Christian pour rencontrer Luca Gargano, le patron de Velier (embouteilleur indépendant et importateur italien), et aussi bien plus que cela.
J’ai déjà écrit un article sur ma première rencontre avec le monsieur il y a presque un an et demi de cela, dans lequel j’avais eu du mal à ne pas laisser transparaître mon enthousiasme.
Cette fois-ci le flyer nous annonce la dégustation de clairins (ces fameux rhums blancs de pur jus de canne d’Haïti), du Libération (j’imagine le 2015), ce rhum agricole de Marie Galante élaboré sur alambic dans la distillerie Bielle avec l’aide de Gianni Capovilla, et enfin une surprise. Et moi j’aime bien les surprises, surtout quand elles ont un rapport – même éloigné – avec Velier 😉
Quand il sert il ne fait pas semblant 🙂

Cette fois-ci je ne fais pas mon boulet et pense à réserver ma place pour cette soirée qui s’annonce exceptionnelle.

Jeudi 12, date fatidique, je me mets en route depuis le boulot et arrive presque à l’heure sur les lieux. Je peux donc, pour une fois, assister au début de – ce qu’on pourrait appeler – la master class.
Et là… Par où commencer ?

Vous le savez, j’adore les r(h)ums by Velier ; les Demerara bien sûr, je vous l’ai suffisamment rabâché (et je ne me priverai pas d’en rajouter des couches à l’avenir ;)), mais aussi les clairins, les Caronis (de plus en plus) et les Libération. Malgré ça je vais plutôt commencer par ce qui m’a le plus marqué : Luca, ses histoires et ses projets.

Et, là aussi, par où commencer ?
Dix-huit ans, un Luca aux cheveux longs devient manager des ventes des rhums Saint James pour l’Italie et parvient à doubler les ventes, entre autre grâce à une idée révolutionnaire pour l’époque, récompenser le meilleur commercial par un voyage en Martinique (alors qu’habituellement ces voyages étaient organisés en Champagne ou du côté de Cognac, voire en Ecosse pour les plus aventureux).
C’est à cette époque qu’il découvre les Antilles… et les antillaises, sur un air de biguine 🙂
Quelques années plus tard, il rachète la société Velier dont il augmente le chiffre d’affaire année après année pour en faire ce que l’on connait aujourd’hui.
Sur un tabouret pour les 2 dissipés du fond

Bien sûr quelques autres étapes clefs sont à mentionner :

– La découverte de la distillerie Caroni, que je vous ai déjà raconté, mais que je pourrais écouter encore et encore tant elle est passionnante.

– La rencontre avec Yesu Persaud, qui deviendra son mentor, voire même son père de rhum et sa prise de participation chez Demerara Distillers Limited. Ces deux éléments lui donneront accès à certains fûts d’exception et lui permettront de réaliser des embouteillages remarquables, voire légendaires (qui a dit Skeldon ?).

– Le voyage à Haïti, la découverte d’un pays hors du commun où l’agriculture n’a pour ainsi dire pas évolué depuis deux cents ans et où les produits sont au delà du bio. Bien sûr, cela est allé de pair avec la visite de très nombreuses distilleries (ou guildiveries comme on dit là-bas) – il faut savoir qu’il y en a plusieurs centaines sur l’île – et la sélection des trois clairins désormais commercialisés par Velier : Sajous, Vaval et Casimir.
Il y en a un paquet d’autres histoires et de détails truculents, qui lorsqu’ils sont racontés par ce personnage, prennent toute leur saveur. Il y a un côté one man show dans ses apparitions, qui les rendent encore plus passionnantes, vivantes, intéressantes et drôles.
Si vous avez l’occasion de voir Luca Gargano, ne manquez pas ça, même sans les rhums, ça vaut le détour ! 🙂
Les deux premiers d’une longue série.

Alors, et les rhums justement ? A quoi avons-nous eu droit ce soir-là ?

Eh bien, comme annoncé, on commence par un clairin. Le Sajous, du batch 3. J’ai eu l’occasion d’y goûter lors du Whisky Live et ce n’est pas mon préféré sur les trois de cette dernière fournée mais il reste très expressif et typique de ces rhums pur jus haïtiens découverts il y a environ deux ans. Un bon début de dégustation.
C’est le seul auquel nous avons eu droit ce soir-là et ce n’est pas bien grave vu la suite des hostilités.

La suite, justement avec le Libération 2015 sous ses deux versions. Je vous en ai également parlé dans mon article relatant mes aventures Whisky Liviennes. Les deux sont bons et plus boisés que leurs prédécesseurs ; ma préférence reste du côté du 2012 version intégrale (brut de fût) mais cette version plus âgée de presque trois ans se défend plutôt bien.

 

Tout est sur l’étiquette

Nous avons ensuite eu droit à un rhum de la Barbade.
J’avais déjà pu y tremper les lèvres il y a quelques semaines et je ne peux que confirmer que, malgré son jeune âge (même pas trois ans), il est étonnamment “abouti”. Un rhum qui méritera une dégustation posée pour en apprécier pleinement les qualités !

Ce rhum fait partie de la série, à sortir, Habitation Velier, qui comprendra des rhums d’horizons différents. La Jamaïque (avec entre autre un blanc à la fermentation de 3 mois (!) ainsi que des vieux) qui produit des rhums tellement expressifs et typés, définitivement parmi mes origines préférées du rhum.
La Barbade donc, avec la distillerie Foursquare, dont le patron Richard Seal est un fervent défenseur de rhums authentiques et vierges de tout ajout. Parmi les rhums classiques de cette distillerie vous avez par exemple le RL Seales 10 ans, et sa forme de bouteille si caractéristique ; c’est pour moi un bon rapport qualité prix qui vous donnera une bonne idée des rhums de ce pays (et bien sûr un rhum sans aucun additif).
La Guyane Anglaise, avec un très intriguant Port Mourant (alambic en bois) blanc !
Et enfin Marie Galante avec l’alambic qui sert déjà à l’élaboration des rhums Libération.
Si vous voulez voir toutes ces jolies – et informatives – étiquettes, c’est par-là : http://www.velier.it/prodotti/ricerca-e-selezioni-gargano/habitation-velier

J’ai HÂTE ! 🙂

 

To be continued…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s