Le Rhumathon

Bonjour à tous,
Il y a quelques semaines, je vous ai emmené sur ma route du rhum.
Et puis je me suis dit “Et si je passais par toutes ces boutiques en une journée ?”.
Oui j’ai des idées bizarres.

Ça tombe bien, en ce moment mon w-e est sur le dimanche et le lundi, ce qui me laisse donc un jour de semaine pour visiter mes cavistes préférés (et donc avec pas grand monde, ce qui permet d’avoir les vendeurs pour soi – oui il m’arrive d’être un peu perso ^^).
Et comme tout événement sportif de portée internationale, il sera immortalisé par un nombre non négligeable de photographies !

Mon esprit enfiévré s’est mis à élaborer des plans pour pouvoir passer chez les trois dans la même journée mais sur un laps de temps “limité”, parce que quand même j’ai aussi d’autres trucs à faire dans la vie ; oui je sais, c’est triste :p

Quoi qu’il en soit, le lundi en question se rapproche, je trépigne à l’idée d’y être et nous sommes prêts mon plan et moi !
Ce n’est que le matin même que je me rends compte que A’Rhûm et Christian de Montaguère n’ouvrent pas avant l’après-midi (14h30 pour le premier et 14h00 pour le second)… Voilà qui ne fait pas mes affaires et qui met mon plan de conquête du monde en péril !

Donc je m’adapte ; nouvelle organisation : Julhès en 1 (ils ouvrent à 10h00 :)), CdM en 2 et A’Rhûm en 3.

Bien évidemment, ça ne va pas se passer comme ça non plus 😀

La station la plus lointaine de chez moi sur la ligne 4.

Midi et demi, départ de l’appart, direction Julhès.

Moi, j’adore cette entrée !

 

Une bonne demi heure plus tard, arrivée dans cette vénérable maison. Je me dirige tout de go dans le fond du magasin vers les spiritueux mais je ne vois aucun des deux vendeurs auxquels je suis habitué et qui connaissent bien leur rayon (dont ce fameux spécialiste en fromages qui en connait plus que moi sur les spiritueux ;)).
Mais très vite le caviste vins vient à mon aide. Je demande avant tout si je peux prendre quelques photos pour mon blog, ce qui ne pose pas de problème.

Je déguste ensuite deux “petits” rhums, dont le Fair Belize, qui m’avait beaucoup plu il y a un an et que j’avais acheté. Eh bien, il me plait toujours bien, il manque sans doute d’un peu de complexité, mais j’aime vraiment son boisé.
La majeure partie de leurs rhums (vous reconnaissez la bouteille pile au centre ?)

Je fais également un petit point sur ce qu’il leur reste en Velier, à savoir pas grand chose et puis j’y vais. Je prends une photo de la boutique depuis l’extérieur et je me rends compte que cette visite m’a pris bien moins longtemps que prévu et qu’il est trop tôt, les autres cavistes n’étant pas encore ouverts.

Que faire pour “tuer” le temps mais sans sortir du thème de la journée ?

 

Et c’est là que me vient l’idée folle d’intégrer une quatrième étape sur la ligne 4, également appelée “ma route du rhum” : La Maison du Whisky à Odéon (oui cette ligne 4 est vraiment bien achalandée dites donc ! :D).

Là aussi je voulais surtout voir si certains Demerara de Velier avaient survécu et il n’y avait en magasin que du Diamond (81 et les deux 96 si je ne m’abuse) dont je suis déjà suffisamment pourvu.

C’est là que j’ai fait la connaissance de Raoul, sympathique vendeur (même si je n’ai eu connaissance de son prénom que plus dans la journée) avec lequel j’ai pu parler de pas mal de choses, Velier, le monde du rhum, les prix qui montent, la tendance à suivre l’exemple du whisky ou encore d’autres embouteilleurs indépendants.

Je n’ai même pas eu le réflexe de prendre une photo de la boutique, ça sera pour autre fois…

Une foi dehors, me voilà donc du côté d’Odéon, il est environ 13h55 et là je me demande où je vais, le premier magasin qui ouvre ou alors le plus loin de chez moins pour finir par celui sur le chemin de la maison ? Après avoir buggé quelques minutes (certaines personnes ont dû se demander ce que ce charmant jeune homme faisant à rester planté là dans la rue comme un benêt :p).

Station synonyme de rhum depuis un bon moment dans mon esprit monomaniaque, même si cette fois, je n’ai pas pris le metro 🙂

Bref, je choisis la seconde option et me voilà en chemin pour A’Rhûm et comme j’ai une demi heure pour y arriver je décide donc de me faire le trajet à pieds ; je ne me plains pas, le chemin étant fort sympathique.

Après cette agréable balade, me voilà donc un peu en avance. Peu de temps après Freddy arrive et ouvre la boutique – bon je sais que ce n’était pas juste pour moi, mais ça m’a un peu donné cette impression et ce n’était pas désagréable 😉

Les fameux tonneaux qui montent la garde 🙂

Nous parlons de différentes choses et en arrivons naturellement vers le fond de la boutique pour la phase dégustation. Aujourd’hui au menu : cachaça.

En effet je n’avais encore jamais eu l’occasion de m’intéresser à cet alcool de canne à sucre brésilien, mais avec cette magnifique victoire de Brésil lors de la Coupe du Monde organisée sur place je me dis que c’est l’occasion !

Comment ? Pardon ? Ah… Ils n’ont pas gagné ? Ils ne sont fait pour le moins malmener par l’Allemagne ? Oui bon en fait j’avoue j’étais au courant, je vous rappelle que ma femme est allemande. Le hasard a même voulu que nous regardions la finale dans un château à boire du champagne (dure la vie hein :p), mon épouse m’ayant fait une fort agréable surprise ce w-e là. Merci mon Amour ❤

Là où se cachent, principalement, les rhums agricoles.

Bref, cela ne v’a pas m’arrêter dans ma dégustation de cachaça. Rappelons rapidement que c’est un alcool uniquement distillé à base de vésou mais à degré moidre à la sorti de l’alambic. Elle est dans l’immense majeure partie des cas blanche (non-vieillie) et sert de base pour cocktails ; qui a dit caïpirinha ?

J’en ai goûté cinq si je ne m’abuse. Une qui se rapprochait franchement de certains rhums blancs agricoles, pas désagréable du tout donc. Une autre s’est faite remarquer par son léger côté fumé, intéressant. Une troisième avec un nez de poivre super agréable mais un peu décevante en bouche. Et enfin deux vieillies, une juste une paire d’années et la dernière six ans ; pas super intéressantes finalement, le vieillissement n’apportant pas grand chose et atténuant le côté jus de canne qui est pour moi l’intérêt principal des versions blanches.

Bouteille qui se remarque.

Au final m’a préférée a sans doute été la Kapoeira, avec un nez poivré et une bouche qui se rapproche de certains agricoles mais malheureusement en moins expressif/fougueux.

 

Mais je suis, pour l’instant, vraiment sur les dégustations pures et pas sur les cocktails, donc je passe mon tour sur la cachaça ; ça viendra sans doute un jour 🙂

Il y avait aussi une bouteille que je souhaitais goûter, ou plutôt goûter à nouveau, puisque quelques mois plus tôt j’avais eu l’occasion d’y tremper mes lèvres. Si je vous dis rhum étant l’assemblage entre du hors d’âge et trois millésimes : le 1976, le 1970 et le 1952. Et oui, vous avez tous trouvé (ou pas), il s’agit du Clément XO et sa jolie carafe. Cette seconde dégustation a confirmé mes souvenirs : très très bien !

La vitrine à merveilles !

Si vous avez l’œil, vous pouvez d’ailleurs apercevoir cette bouteille, sur la gauche de la vitrine (troisième étage).

A vrai dire, il y avait encore autre chose que j’avais pu goûter deux semaines auparavant (oui ça commence à faire pas mal).

Celui-ci je n’avais pas besoin de le retester et je voulais juste savoir si il restait encore une bouteille pour me la procurer. Si je vous dis rhum arrangé + marais salant + zone érogène, vous me dites ? Absolument, le Point G des rhums de Ced. Oui, je comprends que certains d’entre vous désirent quelques explications ; je vais le faire de tête.

Cette marque de rhums arrangés a été créée par Cédric Brement il y a maintenant quelques années, du côté de Nantes et rafle tous les prix et toutes les récompenses possibles ! La gamme est assez réduite (enfin huit quand même) mais va en s’étoffant. Ce qui pour moi en fait un bon produit est le parfait équilibre entre le rhum, les fruits et le sucre. Il en devient dangereux tant il est facile et agréable à boire. Une des leurs bouteilles phares est le rhum arrangé ananas victoria, sans doute le plus doux de la gamme. Est née dans l’esprit de Cédric Brement l’idée de prendre un petit nombre de ces bouteilles, environ 200, et de les “oublier” quelques temps dans un marais salant. Le double effet du soleil et des marées (avec l’eau de mer recouvrant les bouteilles) a eu des effets, que personnellement je trouve très intéressants : une douceur en bouche encore plus prononcée (mais pas au niveau sucre, au niveau alcool), un fruit encore plus présent et enfin une légère et subtile note iodée. Le point G est une bonne idée marketing puisque cette lettre fait référence à plusieurs mots dont “gabelle”, l’impôt sur le sel mis en place au moyen-âge. Bref, bien que son prix soit un peu plus élevé que celui du reste de la gamme (35€ contre 28€), il vaut le coup et va très vite être compliqué à trouver, si ce n’est déjà le cas 🙂

 

Dernière étape du jour.
Je repars de là après une visite plus longue qu’initialement prévue et me mets en chemin vers la dernière ligne droite de mon marathon du rhum : Christian de Montaguère.
Si vous souhaitez faire partie de l’association contre les reflets intempestifs, faites moi signe…

Et c’est après exactement huit stations sur la désormais fameuse ligne 4 (:P) que j’arrive à bon port. C’est un Jerry, fringuant dans son tee-shirt de la Compagnie du Rhum (groupe de passionnés sur Facebook), qui m’accueille. Il remarque immédiatement l’absence de poussette et me dit que dans ces conditions, il est exclu qu’il s’occupe de moi ! 😀

La boite à malices au centre de la pièce 😉

Après cette entrée en matière, je vais jeter un œil vers le recoin où se situent les célèbres Demerara de chez Velier pour voir ce qu’il reste et je suis assez agréablement surpris de voir qu’ils leurs en restent pas mal de différents et jette mon dévolu sur le Blairmont 1991, ma bouteille actuelle étant presque terminée.

Je me renseigne ensuite sur la disponibilité du HSE Small Cask, petite bouteille orange de 50 cl fort appréciable. Si vous suivez mes aventures, vous savez que c’est la bouteille que Freddy de A’Rhûm m’avait offert comme cadeau de mariage et qui a connu sa belle mort depuis. Et là bonne surprise à nouveau (enfin pas vraiment une surprise puisque je m’étais renseigné avant ^^), il y en avaient encore quelques-unes. Eh bien après mon passage il y en a eu une de moins et je crois savoir que quelques jours plus tard, elles avaient toutes disparues 😉
Une étagère qui fait rêver ! Avec les Saint James presque tout en haut à droite.

Pour finir ma visite et ce marathon, une petite dégustation s’imposait.

J’avais eu l’occasion de goûter, lors du Rhum Fest, les Trois Rivières et les Saint James, tous deux de Martinique, et j’étais alors reparti avec le 5 ans de chez Trois Rivières, qui m’avait beaucoup plu. Je souhaitais me refrotter au 8 ans ainsi que me rafraîchir la mémoire sur les Saint James qui m’avaient assez positivement marqués (surtout le 7 ans). Ce qui nous donne à la dégustation le Trois Rivières 8 ans, le Saint James 7 ans et le Saint James 12 ans. Ce sont ces deux derniers qui ont vraiment retenu mon attention, le premier étant fougueux et intense non sans être dénué de finesse et le second – naturellement – plus boisé mais sans masquer les épices et la fraîcheur de la canne. À ces intérêts gustatifs, il faut ajouter un autre argument de poids : leur prix est extrêmement attractif pour des rhums de cet âge-là. Je pense que je les goûterai à nouveau dans un future assez proche afin de déterminer lequel des deux a ma préférence et le rapatrier à la maison.
Comme quoi il faut savoir se détacher de certains a priori que l’on peut avoir sur certaines marques, puisque comme beaucoup d’entre vous j’imagine, Saint James représentait pour moi un rhum blanc de super marché…

C’est donc encore un peu plus chargé que je quitte les lieux et que je peux déclarer que ce marathon du rhum fut un franc succès !

Le résultat de la course et des courses 😉

Et j’ajouterai que ça aurait été une autre paire de manches avec une poussette ! 🙂

One thought on “Le Rhumathon

  1. Pingback: Le Rhumathon, la vengeance | Les rhums de l'homme à la poussette

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s