Habitation Velier, qu’es acò ? – partie 2

Photo defamille
Après la mise en bouche de la semaine dernière, nous y voilà donc, la dégustation de la plupart de ces rhums de l’Habitation Velier.
Allons-y dans l’ordre de dégustation.
Aaahhh… la Jamaïque…

Le Forsyths WP 502 (57°) pour commencer.

Petite explication de texte avant d’en venir à la dégustation en elle-même.
– Forsyths est le nom de l’alambic sur lequel ce rhum a été distillé.
– WP sont les initiales de Worthy Park, la distillerie de Jamaïque où cet alambic se trouve.
– 502 est le nombre de congénères mesurés dans ce rhum ; en gros plus ce chiffre est élevé plus le rhum sera expressif, et goûtu et 502 est un GROS chiffre 😀 Pour référence c’est environ deux fois plus que sur les rhums agricoles.
Autrement dit, vous avez déjà dans le nom de ce rhum plus d’informations que sur bon nombre d’étiquettes de rhum ^^
Comme l’a précisé Luca Gargano, lors de la présentation de ce rhum, il est le fruit d’une commande spéciale passée à la distillerie. En effet, le patron de Velier a voulu avoir un rhum dans la plus pure tradition jamaïcaine, avec comme élément prépondérant une longue fermentation, ici 3 mois ! Là aussi pour comparaison, la majeure partie des rhums ont une fermentation de moins de deux jours.
Précision importante, il s’agit d’un rhum blanc. La plupart des rhums à sortir sous le nom d’Habitation Velier sont blancs (pour l’instant). Cela peut surprendre mais cela permet de se frotter à l’expression “pure” d’un alambic et d’avoir le produit brut face à soi, avant “l’altération” du fût, ce qui est extrêmement intéressant.
Au nez, il est vraiment expressif. A peine le liquide versé dans les verres, la pièce a été envahie des parfums tellement typiques des rhums de Jamaïque : des esters à foison, ce côté colle-polycopié, la banane très mûre, voire pourrie… La dégustation des clairins un peu plus tôt dans la soirée m’a permis de leur trouver un parallèle sur le côté organique.
L’attaque en bouche est étonnamment douce et onctueuse. Les arômes qui se développent ensuite, cependant, sont dans la lignée du nez : jamaïcains. Ajoutez-y une pointe poivrée et vous avez une bouche intense et douce à la fois.
La finale, comme l’on peut s’y attendre, est très longue et n’est pas dépourvue d’une très légère sucrosité. Ce qui est impressionnant c’est qu’elle ne bouge pas et reste “stable” un bon moment.
Voilà un rhum qui ravira les amateurs de rhums de cette île et qui sera un excellent moyen de comprendre ce qu’est la typicité des rhums de Jamaïque.
AAAHH !!! LA JAMAÏQUE !!!

Le Forsyths WP 151 Proof (75.5°) en second.

Il s’agit en fait du même rhum que le précédent mais, comme vous l’aurez remarqué, au degré d’alcool plus élevé. C’est le degré traditionnel des rhums utilisés pour l’élaboration de certains cocktails.
Il est indiqué qu’il ne doit pas être bu pur et le symbole “produit toxique” (vous savez la petite tête de mort) est présent au dos de la bouteille ; voilà de quoi nous mettre en confiance 😀

Au nez, nous avons une trame similaire à sa version réduite mais pas si proche que ça non plus. L’alcool est bien sûr plus présent mais il est aussi plus complexe. Des notes végétales et poivrées apparaissent. Il est également plus frais que son cousin à 57°. Drôlement sympa !
En bouche, il offre une sensation unique : il chauffe mais ne brûle pas, il s’évapore presque sur la langue, c’est très agréable. Les arômes sont parallèles à ceux de la version réduite mais avec une intensité accrue.
La finale est très longue et plus changeante. Elle offre plus de fraîcheur et une pointe empyreumatique se dessine.
Eh beh ! En dépit des avertissements placardés sur la bouteille, voilà un sacré champion !

 

Le moins jamaïcain des trois

Le Forsyths WP 2005 (10 ans et 57.8°) pour continuer.
Nous voici maintenant face à un rhum vieilli issu de la même distillerie que les deux précédents.
Un petit mot sur cette distillerie Worthy Park. Luca nous a expliqué qu’il s’agit de la plus vieille distillerie des Antilles mais dont la production a été suspendue pendant une cinquantaine d’année, jusqu’en 2005. Mount Gay à la Barbade serait la plus ancienne distillerie des Antilles n’ayant jamais arrêté son activité.
Ce millésime est donc le plus vieux de la distillerie depuis sa réouverture (puisque distillé en 2005).

Nous avons un nez très gourmand. Le fût est bien marqué, vanille et noix de coco sont de la partie. Des arômes fruités sont également présents, avec la poire, l’amande et la banane. Ajoutez-y une pointe poivrée et vous obtenez son profil. Profil qui est donc assez loin de la Jamaïque.
La bouche est plus sèche et moins gourmande que le nez. Le caramel brûlé, la réglisse. Le côté fruité n’est que sur l’attaque. Des notes empyreumatiques légères sont là aussi.
Comme au nez, la Jamaïque nous manque.
La finale est longue et nous offre un revival des deux premières étapes : réglisse, brûlé (dont le sucre brûlé), coco (qui revient) et enfin boisé.
Un rhum loin d’être aussi extrême et intense que les deux blancs mais qui compense cette relative faiblesse par une grosse gourmandise et une intéressante complexité.

 

Pas à rougir de son jeune âge

Le Foursquare 2013 (64°) ensuite.
On change de pays et d’alambic pour se confronter à ce très jeune rhum (2 ans passés en fût) de Barbade, qui, rappelez-vous, était déjà disponible au Whisky Live, si l’on demandait gentiment. Il avait fait une grosse impression aux dégustateurs pour un rhum si jeune.

Au nez c’est confirmé, gourmandise, boisé, fruits à coque (surtout la noix), la vanille et une petit quelque chose de poudre à canon. Très intéressant et relativement complexe, d’autant plus pour un 2 ans de vieillissement.

En bouche, l’attaque est douce et l’alcool vient ensuite. Ajoutez aux arômes sur nez, un côté torréfié et vous avez en bouche un rhum efficace et assez simple (loin d’être négatif ici).
Sur la finale, l’alcool se fait sentir et ressortent des notes terreuses/végétales, ainsi qu’une pointe de coco.
Un rhum qui confirme donc la première bonne impression. Je ne le trouve pas très complexe mais pas forcément facile pour autant à bien “identifier”. De là à dire qu’il faudra d’autres dégustations (au Rhum Fest ?) pour l’apprivoiser et le cerner, il n’y a qu’un pas… Mais je suis prêt à faire cet effort ! Je suis comme ça moi ; abnégation, sérieux et professionnalisme, tout ça pour vous 😉

 

En voilà un bel alambic !

Et le Muller LL IV/3177 (59°) pour finir.
Nous voilà cette fois aux Antilles Françaises, plus précisément sur Marie-Galante et si l’on zoom encore, c’est chez Bielle que nous arrivons.
L’alambic utilisé (qui a donné son nom barbare à cette bouteille) n’est autre que celui qui nous a offert les excellents Rhum Rhums, blancs et vieux. Il est situé chez Bielle mais n’est utilisé, à ma connaissance, que pour les rhums PMG ; la production est très indépendante des autres rhums réalisés dans cette distillerie.
Cette expression est embouteillée à 59°, degré traditionnel pour les blancs de Marie-Galante.
Vient immédiatement en tête, presque inconsciemment, la nécessité de comparer ce Muller LL IV/3177 au Rhum Rhum PMG blanc à 56°. En effet, ils sont réalisés sur le même alambic, avec les mêmes cannes et à un degré très proche. C’est cependant un exercice qui ne pourra être réalisé qu’en se livrant à un face à face direct entre ces deux bouteilles. Basé sur mon souvenir relativement lointain du PMG 56°, cette nouvelle “eau-de-vie de canne” ne m’en a pas semblé si proche que ça. A confirmer. Et justement, qu’a donné la dégustation ?

Au nez, c’est fruité et intense, plus que frais. Le jus de canne, bien que présent, n’est pas omniprésent et tout puissant. Trois arômes m’ont frappé : la cerise, l’amande amère et les graines de fenouil. Un joli mélange, sans nul doute à compléter lors d’autres dégustations.
En bouche, l’attaque est plus fraîche que le nez ne nous laissait penser. Elle est cependant également fruitée et anisée (peut-être l’évolution du fenouil détecté au nez).
La finale est l’étape qui offre le plus de fraîcheur. Elle est longue (oui tous ces rhums ont des finales longues, pour ne pas dire interminables pour certains) et relativement citronnée.

 

Super design old school des bouteilles

Et voilà pour ce tour d’horizons de cette première fournée des rhums Habitation Velier, première fournée malheureusement privée du Port Mourant blanc, qui semblait alors être bloqué quelque part aux Pays-Bas lors de son transit ; espérons qu’il atteigne bientôt nos contrées.
Avec un peu de chance il sera arrivé pour le Rhum Fest à Paris, nous le saurons quand cet article sera publié 🙂

Maintenant parlons un court instant argent, monnaie sonnante et trébuchante, pépètes, flouze…
Les prix annoncés pour ces bouteilles étaient clairement l’un de leur point fort. Il y a quelques mois, avaient été communiqués des prix pressentis : entre 45€ et 75€. Or il semble maintenant que l’on se dirige plus vers une moyenne plus proche des 70€. Bien sûr cela serait contrariant. Cependant, j’attends de voir ces bouteilles chez les cavistes, car pour l’instant ce ne sont que des conjectures. De plus, il est compliqué (pour moi en tout cas), d’évaluer le prix de telles bouteilles, de par leur qualité gustative et leur caractère unique.

 

Une prière au Dieu du bon rhum sans doute 🙂

Pour finir, une petite citation de Luca Gargano, qui s’interrompant au beau milieu de sa présentation (alors qu’il nous fait un passionnant et succinct cours d’histoire sur le rhums et le whisky), interpelle une des convives (fort jolie) :
“Mais je vous ai déjà vue, vous êtes une actrice ? Un autographe ?”

Sacré Luca !

Retrouvez la première partie de cet article ici-même.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s