Concours Général Agricole et Salon de l’Agriculture 2020 – partie 1

Je vous avais raconté mon expérience au Concours Général Agricole il y a 4 ans de cela, lors du Salon de l’Agriculture en 2016. Ce n’était pas ma première participation, mais ce fut la dernière jusqu’à cette année, les hasards du calendrier (ou un tour du monde ^^) m’empêchant d’y participer entre temps. Du coup je l’avais un peu perdu de vue, alors merci à mes potes qui m’ont fait un rappel bienvenu sur Facebook.

Grand-messe des régions et produits français, le Salon de l’Agriculture est la parfaite occasion de faire deux ou trois trucs, comme de tâter le cul de vaches monstrueuses, dé déguster moult produits de terroir et de boire un coup à l’œil (bière, cidre, vin, rhum…), vous pourrez vous mettre bien et vous aurez d’ailleurs l’occasion de voir bon nombre de visiteurs qui, en fin de journée, ont manifestement abusé des bonnes choses. Mais ce n’est pas tout et je vous conseille également d’acheter des produits hors de prix ou encore de vous faire dévisager comme si vous étiez le dernier des pouilleux par des putains de commerciaux en vin de Bourgogne, pour lesquels vous ne faites manifestement pas partie du bon monde, ne serait-ce que pour déguster leurs bouteilles – hors de prix. Bref, il y a plein de super choses à faire sur ce salon mais il faut aussi savoir éviter les cons.

Line up CGA

Concours Général Agricole 2020 – Rhums AOC Martinique 4 ans

Je vais revenir au salon en lui-même mais je vais d’abord vous parler du Concours Général Agricole, compétition qui voit un grand nombre de produits s’affronter sur plusieurs jours. Qu’il s’agisse de vins, d’épices, de charcuterie, de fromages, de jus de fruits, ou de rhum, énormément de mets français sont présents et font de leur mieux pour remporter une médaille.
Ce concours jouit en France d’une énorme renommée et c’est un véritable enjeu pour les marques de se voir décerner un prix, aussi l’organisation se doit d’être au niveau et je trouve personnellement que c’est plutôt bien foutu. Pour le rhum, ce ne sont tout de même pas loin de 300 jurés (professionnels, amateurs éclairés ou novices) qui vont passer presque deux heures sur une catégorie bien définie. Et des catégories il y en a ! C’est d’ailleurs toujours un peu la crainte généralisée avant de voir à quelle table l’on est assigné : va-t-on se taper les punchs à base d’arôme de banane ou tomber sur les rhums AOC Martinique de 6 ans et plus ? Evidemment il y a plein de choses entre les deux extrémités du spectre et je n’ai, à vrai dire, jamais eu à me plaindre, entre les blancs de Guadeloupe à 50% une année et ceux à 59% la suivante, pour finir sur les AOC Martinique VSOP cette année. Il est à noter que certaines catégories sont tellement riches en concurrents que plusieurs tables sont nécessaires à juger l’intégralité des participants.
Il y a du pain, de l’eau, un verre par rhum, les feuilles de notations sont prêtes et les dégustateurs disposent d’assez de temps pour goûter et délibérer. Tout ce dont on a besoin.

Bouteille de la catégorie

Concours Général Agricole 2020 – Une des bouteille de la catégorie

Et donc cette année, les 4 ans de Martinique, pas malchanceux sur ce coup, même si à la dégustation, sur les six rhums à tester, une bonne moitié n’était pas bonne. Je ne vais pas vous coller mes notes de dégustation totalement inutiles puisque je ne sais pas à quels rhums nous avons eu à faire. Non, je vais plutôt vous dire deux mots de la manière dont les médailles sont décernées.
Déjà il faut savoir qu’à chaque table, un maximum d’un tier des rhums présentés peut en recevoir une ; par exemple, nous avions six rhums, ainsi deux pouvaient être “élus”. De plus, le choix du métal est entièrement à la discrétion des jurés. Aussi pouvions-nous donner deux médailles d’or ou rien du tout et toutes les combinaisons possibles entre ces deux extrêmes. Dit comme ça, ça ne parait pas bien compliqué, mais il faut se mettre d’accord entre jurés et ça, ça peut être un vrai défi ! D’autant plus qu’il est rare de ne pas tomber sur, au choix, une grande gueule qui étouffe les débats, un pseudo expert qui croit tout savoir sur tout, ou un producteur (de rhum ou non) qui souhaite simplement donner le maximum de médailles d’or pour aider les rhumiers. Si vous êtes vraiment malchanceux, vous aurez une magnifique combinaison des trois, potentiellement en une seule et même personne, et là c’est champagne ! En ce domaine-là, je n’ai pas eu trop à me plaindre non plus cette année, avec entre autres la présence à ma table de Jérôme du site Rhum Héritage, un pote blogueur et un sacré dégustateur. Bon, tout n’a pas été rose non plus puisque nous avons eu l’occasion, à quelques reprises, de croiser nos regards désabusés, incrédules et las du fait de certaines interventions de notre président de table. Pas méchant par ailleurs mais un peu à côté de la plaque ; le pauvre Jérôme assis à côté en a un peu fait les frais. Je garderai longtemps en tête, la réponse du président à l’analyse de Jérôme sur les arômes d’un des rhums que nous dégustions et qui y trouvait une pointe de fruits rouges : “Non mais il n’y a pas de fruits rouges en Martinique”. Voilà, voilà. Et à ma remarque assez critique, voire acerbe sur un autre rhum, il s’est également senti obligé de m’expliquer que “les rhums agricoles vieux sont pour le digestif, un peu comme une femme”. Outre le fait que ça ne veuille rien dire… ben ça ne veut rien dire.
Bref, ça fait partie du folklore du Concours Général Agricole et ce n’est pas plus mal.

CGA table et verres

Concours Général Agricole 2020 – La table après les délibérations

Après deux heures de dégustations et de pourparlers, nous avons décerné deux médailles d’argent ; résultat dont j’étais moyennement satisfait mais qui a permis d’obtenir un consensus relatif. Autant trois rhums étaient clairement en-dessous, autant pour décider auxquels des trois autres donner un prix, cela aura facilement pris une bonne demi-heure.

Un point que je n’ai pas souligné mais qui est tout aussi important, voire plus, que le reste, c’est le nombre de potes du rhum présents à l’événement. Que ce soit au CGA ou par la suite dans les allées du Salon, cela permet de partager les dégustations et bien souvent d’avoir quelques franches rigolades.

Bon aller, on reprend notre souffle et on se revoit très bientôt pour les découvertes rhum dans le Hall dédié aux produits et saveurs de France d’Outre-mer 😉

2 thoughts on “Concours Général Agricole et Salon de l’Agriculture 2020 – partie 1

  1. Bien belle première partie…en te lisant, je me rends compte que l’on pourrait facilement faire un article de 857 lignes de ces 2 heures de dégustation. Tiens, je vais aller me prendre une tarte aux fruits rouges moi ! 😁

    Like

  2. Pingback: Concours Général Agricole et Salon de l’Agriculture 2020 – partie 2 | Les rhums de l'homme à la poussette

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s