Le 29 décembre 2016, une journée placée sous le signe du rhum

Le 29 décembre 2016, rien ne prédestinait cette journée à être une journée rhum, et pourtant, quelques belles choses se sont produites. Un peu comme le 10 aril 2015 ou comme lors de mes Rhumatons (ici et ).

Tout commence par un petit tour rue de l’Abbé Grégoire. Je devais y acheter de la pâte de piment, un chutney d’orange et papaye et pourquoi pas… du rhum. Il se trouve qu’il y a de tout ça chez Christian de Montaguère, ça tombe bien 😀

Je n’avais pas vraiment dans l’idée de déguster (oui je sais c’est bizarre), mais je me suis vite ravisé et ai pu goûter – ou regoûter pour deux d’entre eux – à quatre rhums, tous des Antilles françaises. Oui je suis dans une bonne période Martinique (et un peu Guadeloupe) ces temps-ci *dit-il en sirotant un Port Mourant 1997*.

Un blanc agricole pour commencer, avec une nouveauté qui m’avait bien plu au salon Dugas : le Rivière Bel Air de la Favorite. Je confirme, un rhum très gourmand, extrêmement porté sur la canne, ça me plait. Alors non, ce n’est ni très complexe, ni très long, mais qu’est-ce que c’est bon 😀 Et je suis reparti avec.

cdm-degustation

La Favorite Rivière Bel’air, Chantal Comte – La Tour de l’Or blanc, Karukera millséime 2008, HSE Cuvée Confrérie du Rhum

Du coup, le suivant a d’autant plus paru atypique pour un blanc pur jus de canne. Ce La Tour de l’Or par Chantal Comte a aiguisé la curiosité et l’intérêt de beaucoup d’amateurs (avec son camarade Cuvée Caribaea), et j’ai donc été bien content de pouvoir enfin le déguster. Malheureusement, il est tout sauf gourmand et ne propose pas d’arômes de canne à sucre. Il offre des notes épicées, végétales et citronnées, tout en étant très sec. C’est un bon produit, il est intéressant d’un point de vue “intellectuel”, mais côté plaisir, il n’a pas fait vibrer de corde. Tant pis mais tant mieux pour le portefeuilles.

On passe sur les vieux avec une autre belle découverte de salon : le Karukera 2008. Eh bien pour ne rien vous cacher, il m’a fait une encore meilleure impression ! Son nez est vraiment exceptionnel, complexe, agréable, intense, changeant… Il s’y passe plein de choses et ça évolue sur un registre d’arômes chauds et gourmands. La bouche est moins saisissante mais sans aucune fausse note. Si je devais en trouver une cela serait son prix, environ 130€ quand même… Une de ces bouteilles que je mets dans un petit coin de mon cerveau, aux côtés du Hampden Habitation Velier, du Bielle 60ème anniversaire LMDW ou encore du Depaz 2002 – à acheter plus tard.

Et pour finir, un autre vieux, martiniquais celui-là, et brut de fût, ce qui ne gâche rien : le HSE Confrérie du Rhum. Ahlala, un bonbon boisé ! C’est bon, c’est puissant et c’est pan dans les dents ! Alors certes, il n’est pas très subtil mais ce boisé HSE plein de gourmandise vaut le détour. N’ayant pas fait de comparaison avec la première version, je suis bien incapable de vous dire si celui-ci est plus ou moins réussi que son prédécesseur mais je peux quand même vous fournir un commentaire d’une grande justesse d’analyse : ils se laissent bien boire 😛

devanture

Inventorum

Après cette “mise en jambes”, il était temps que je passe à la nouvelle boutique éphémère Velier/LMDW dans le 8ème arrondissement de Paris : Inventorum.

Depuis quelques semaines, je vois passer sur les réseaux sociaux, bon nombre de bouteilles rares et exceptionnelles en provenance de cet endroit (Caroni Trilogy, Diamond & Versailles 1996, Blairmont 1982 et j’en passe), malheureusement, aucune dans mon escarcelle. Je reprends le métro pour quelques stations, marche dix minutes et arrive enfin en vue de la devanture.

boutique

Je rentre, retrouve un confrère et soudainement un Daniele sauvage apparait ! Je ne m’attendais pas à le trouver ici et ce fut une excellente surprise 🙂 Et je ne dis pas ça uniquement parce qu’il m’a servi un Caroni 1982 dès mon arrivée 😀

tasting-area

Des Habitation Velier, des caronis…

Après quelques échanges, je prends enfin le temps de voir un peu ce que cette boutique a à proposer. C’est essentiellement la gamme distribuée par La Maison du Whisky, mais pas seulement puisque certains produits de Dugas sont là aussi.

vitrine-1

Et puis, quelques collectors et pas des moindre, puisqu’outre des Demerara, on trouve d’anciens millésimes martiniquais : Saint James, Bally, Neisson… Et une petite perle cachée : une carafe Clément XO pour 68€ ! J’ai hésité 🙂

vitrine-2

Pendant que je faisais le tour du propriétaire, j’avais mon verre à la main, et y plongeais régulièrement le nez pour apprécier l’évolution de ce Caroni : alternativement fumée, fruits exotiques, fruits à coque, goudron. Un nez impressionnant. En bouche, un peu moins exubérant, avec essentiellement les marqueurs Caroni. Je ne vous parle pas de sa longueur, vous la connaissez 😉

caroni-1982

Caroni 1982

Mais je ne vous raconte pas les choses dans l’ordre, car pendant que ce 1982 s’aérait, Daniele me servait un rhum blanc agricole Duquesne de Martinique (d’une époque indéterminée). Rhum que j’ai bu avant de tremper les lèvres dans le Caroni (et c’était mieux comme ça!). Une grande intensité au nez, entre arômes floraux et de canne et une bouche dotée d’une très belle présence. Pas mal du tout !

duquesne-grappe-blanche

Duquesnes

On papote, on papote et le temps passe à une vitesse affolante, si bien que je dois partir un peu précipitamment pour ne pas aller chercher les enfants trop tard.

J’ai eu beau repartir les mains vides, ce fût une belle heure passée dans cette boutique.

Bref, une bien belle journée rhum que ce 29 décembre 2016 🙂

2 thoughts on “Le 29 décembre 2016, une journée placée sous le signe du rhum

  1. De mon cote, j’ai ete excessivement decu par cette boutique Inventorum. Il n’y avait que deux personnes qui travaillaient (ceux de chez Velier, je pense) et 4 qui etaient la a papoter en goutant du rhum. Et je suppose que ce n’est pas celui qu’on nous a offert, a savoir du rhum absolument horrible (ou pas du tout a mon gout) de LMDW. L’embouteillage etait joli, le contenu l’etait bien moins. Comme quoi, mieux vaut etre connu ou reconnu pour gouter du (bon) rhum. Je suis quand meme reparti avec un RhumRhum Liberation 2012 et un “basique” (rhum jamaicain de Smith&Cross), histoire de…

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s