Les dégustations : La Favorite par Les Frères de la Côte

Les Frères de la Côte sont de plus en plus visibles dans l’univers du rhum. Je vous en ai déjà parlé il y a plus de deux ans dans cet article, que je vous invite à relire pour vous remettre en tête ce que sont Les Frères de la Côte et le navire Tres Hombres. Mais en deux mots : ils transportent des marchandises à la force du vent et réalisent certains embouteillages de rhum. Rhums qui auront donc passé une partie de leur vieillissement de manière “dynamique” à bord d’un voilier, porté et bercé par les vagues.

Les rhums transportés et embouteillés proviennent de nombreuses distilleries à travers les Caraïbes : Bielle sur Marie Galante, Foursquare à la Barbade, Aldea à La Palma, plusieurs distilleries de République Dominicaine et plus récemment La Favorite en Martinique (vous trouverez également un petit quelque chose sur cette distillerie familiale dans cet article). C’est justement les premiers fûts de La Favorite transportés par le Tres Hombres sur lesquels nous allons nous pencher : le fût 30 et le 60.
Merci à Guillaume pour les échantillons et les informations 🙂 De manière intéressante, il m’a fait parvenir des samples de ces deux  fûts mais également des samples prélevés des tonneaux avant leur voyage, ce qui m’aura permis de faire une comparaison entre les deux et ainsi de pouvoir en tirer des conclusions sur l’effet de ce vieillissement dynamique. Ce face à face est cependant relatif puisque, les rhums ayant voyagé en voilier sont plus vieux de quelques mois.

96515703_914890978953027_1164853748388855808_n

Frères de la Côte – La Favorite – Fût 30 après transport – 56%

Frères de la Côte – La Favorite – Fût 30 avant transport – 54.8%

Au nez, puissance, léger beurre, poivre, jus de canne, jeunesse, fougue. Avec plus de repos un certain équilibre se créé et il devient mieux, en gardant la fraicheur végétale et florale de la canne.

En bouche, bonne texture (soyeuse) et puissance bien dosée même si l’alcool se sent. On retrouve le poivre, la fraicheur canne florale et un boisé pas vraiment bien intégré au rhum.

La finale est longue principalement sur le vesou végétal/floral et un boisé légèrement « poudreux » et poivré.

Frères de la Côte – La Favorite – Fût 30 après transport – 56%

Au nez, poivre, jeunesse, plus expressif mais pas en positif, il y a une odeur qui me dérange sans que j’arrive à l’identifier ou mettre un nom dessus. Elle tend à disparaitre avec plus d’aération, alors qu’un côté poudre de cacao et du praliné ressortent. Après plus de 30 minutes dans le verre, il se pose et on arrive à un profil bien plus plaisant qu’au départ. La parenté avec le fût 30 avant transport est plus claire mais on a ici un profil plus chaud et plus « gourmand », comme plus évolué ; sans pour autant que la différence soit énorme. Le côté floral prend plus de place le temps passant, comme avec son faux jumeau.

En bouche, là aussi plus de chaleur sur ce fût voyageur et un boisé plus présent et mieux intégré, plus fondu. Plus flatteur.

La finale est sur un boisé épicé mais on ne quitte jamais totalement ce profil de canne végétale et poivrée, qui a même tendance à prendre le dessus au fil des secondes pour finalement l’emporter totalement.

Non, ce fût 30, que ce soit avant ou après transport ne m’aura pas séduit, avec ses notes végétales, florales et poivrées marquées ; pas mes arômes préférés, loin de là.

96220857_877141059458934_176813383985659904_n

Frères de la Côte – La Favorite – Fût 60 après transport – 56.1%

Frères de la Côte – La Favorite – Fût 60 avant transport – 56.3%

Au nez, alcool mieux que sur le fût 30, plus rond, caramel vanillé, poivre, légers fruits à coque. La canne est plus lointaine mais pas absente pour autant. Comme sur les précédents, le repos va faire ressortir un côté fleurs capiteuses, qui heureusement ne contamine pas tout (non, je n’aime vraiment pas ça).

En bouche, on a bien toutes les facettes du nez qui s’entremêlent, mais la canne sous son apparence végétale est bien plus présente ici et est assaisonnée d’une bonne rasade de poivre.

La finale est essentiellement sur cette canne végétale poivrée, qui prend même des accents floraux. Elle reste intense longtemps.

Frères de la Côte – La Favorite – Fût 60 après transport – 56.1%

Au nez, plus expressif qu’avant transport là aussi mais moins désagréable que le 30. Un aspect torréfié/pâtissier vient le différencier de son équivalent d’avant transport, ainsi qu’un boisé chaleureux.

En bouche, c’est moins végétal que sur la version sédentaire et aussi un peu plus puissant. C’est peut-être la plus équilibrée et la plus agréable des quatre.

La finale, est longue et complexe, entre bois poudré, cacao, végétal et poivre.

Cette fois-ci il y a une réelle différence entre les deux versions de ce fût 60, avec bien plus de gourmandise sur le fût qui aura voyagé (et qui est plus âgé). Sans aucun doute mon préféré des quatre.

Frères de la Côte – La Favorite – Blanc après transport – 50.3%

Passons maintenant à une cuvée qui aura été très “médiatisée” sur les réseaux sociaux lors de sa sortie. Il s’agit d’un rhum blanc qui a été transporté dans d’ex-fûts de bourbon, et qui s’est donc légèrement coloré. Initiative intéressante, à l’achat, cette bouteille était proposée avec son échantillon de rhum blanc issu de la même distillation mais qui a lui voyagé en bouteille, donc de manière inerte. Superbe manière de comparer les deux rhums et donc l’influence du transport en fût sur le voilier.

96525394_266689028070002_7253293464715001856_n

Frères de la Côte – La Favorite – Blanc après transport – 50.3%

Au premier nez, c’est avant tout une canne épicée (essentiellement du poivre) qui saute aux narines, mais une autre strate aromatique est également décelable, avec un boisé modéré qui se fait légèrement beurré. Une note de citron se fait sentir, entre vert et jaune. Sur le deuxième nez, le poivre prend encore du poil de la bête. Le jus de canne frais n’est pas bien loin et se présente sous sa facette végétale, plus que florale ou fruitée (même si en allant chercher au fond du verre et en passant à travers les arômes dominants, on a un petit quelque chose de plus gourmand). Le citron vert est encore là et c’est son zest qui s’exprime. L’alcool, ici, est superbement intégré. Pas trop ma came que ce nez, avec énormément de poivre et cette canne végétale.

En bouche, l’alcool surprend un peu (mais beaucoup moins quand on en reprend ^^) et l’attaque se fait sur un jus de canne assez sympa, puis il est balayé par le poivre. La canne revient ensuite mais sous son visage vert et végétal – encore lui !

La finale est longue et c’est ici encore cette canne végétale qui domine. Le poivre revient en force sur la fin et un discret et bref passage beurré est à signaler. Il marque le palais durablement.

On sent surtout au nez, qu’il y a un peu de bois là-dedans mais qui passe totalement en retrait par la suite. Je n’ai pas été fan du jus en lui-même, vraiment trop végétal et poivré à mon goût (mais ça, vous l’aviez compris).

27067104-1888844874760469-5705543886443475465-n-1

Les fûts de La Favorite qui attendent d’être amenés jusqu’au Très Hombres (crédit photo : Les Frères de la Côte)

Et que nous réservent Les Frères de la Côte et La Favorite à l’avenir ?
De nouveaux rhums de La Favorite ont été entonnés (dans cinq fûts de bas armagnac de 300L) ; distillés en 2017, ils auront 3 ans lors de leur mise en bouteille en novembre de cette année. Cette fois-ci la comparaison vieillissement dynamique/vieillissement classique sera faisable de manière plus intéressante puisque deux fûts de cette même distillation sont, eux, restés dans les chais !

 

Frères de la Côte – Foursquare 2005 SC brut de fût (13 ans) – 62.4%

96553876_275182266849202_2316673744208134144_n

Frères de la Côte – Foursquare 2005 SC brut de fût (13 ans) – 62.4%

Un petit bonus avec ce Foursquare, lui aussi passager du voilier. Les Frères de la Côte avaient deux fûts du même âge de cette distillerie. Tous deux ont d’abord passé 11 ans en fût de bourbon à la Barbade avant d’être transvasés dans des fûts de Porto Tawny pour la durée du voyage en mer (et même un peu plus longtemps une fois arrivés à destination). Le premier fût a été mis en bouteille après avoir passé un an dans ce fût de Porto, alors que l’autre a été une fois de plus transvasé dans un nouveau fût, de rhum de République Dominicaine cette fois-ci, pour y passer sa 13ème année.  C’est donc ce dernier que j’ai pu déguster.

Au premier nez, on est très boisé, un boisé frais, comme d’un bois jeune. Et la classique noix de coco est bien là, elle aussi ; ajoutez-y un peu de vanille et vous y êtes. L’alcool a l’air bien intégré. Une fois les parois du verre tapissées, l’intensité augmente et c’est donc ce bois « tendre » et gourmand qui prend encore plus en assurance mais le coco n’est pas en reste. Des arômes apparaissent : tabac et orange, ce qui apporte une complexité bienvenue. La puissance alcoolique ressort elle aussi.

En bouche, il possède ce profil sec et gourmand, sur la simplicité de beaucoup de rhums de la Barbade : noix de coco et bois. Le degré alcoolique n’est pas désagréable et ne fait qu’accentuer l’intensité gustative. A noter que lorsque la première goutte touche la langue, on sent l’orange (un peu sucrée) mais elle disparait tout de suite après.

La finale est très… coco, et oui ! Mais le fût n’est pas loin, la vanille revient et des épices douces se manifestent, un peu en retrait. Puis, elle s’assombrit avec le boisé qui reste et semble plus fortement bousiné, légèrement asséchant, et le tabac qui revient. Une légère touche balsamique vient procurer une ultime sensation.

Un Foursquare, très Foursquare. On a vraiment les marqueurs typiques de la distillerie et de l’île, ce qui est loin d’être désagréable mais on tourne quand même un peu en rond sur tous les embouteillages qui en proviennent. A signaler tout de même une belle intensité et une bonne concentration sur ce rhum embouteillé par les Frères de la Côte.

27545387-1888845004760456-8084333553663269589-n-1

Chargement des fûts de La Favorite à bord du Tres Hombres (crédit photo : Les Frères de la Côte)

Et voilà pour cet instantané du partenariat entre La Favorite et Les Frères de la Côte, en attendant la suite.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s