Rhum Society 2022 – partie 2

Me revoilà pour le second week-end du Rhum Society 2022, avec encore pas mal de choses à déguster et de nouveautés à découvrir. Vous vous en doutez, une seul créneau n’a pas suffit et j’ai un peu débordé (merci Florian pour la flexibilité !).

Chambre 406 – Sol Tarasco

Rhum Society 2022 – Uruapan, Sol Tarasco 4 ans, Sol Tarasco Hongos

Sol Tarasco 4 ans – 40%
Pur jus mexicain ; vieillissement 50% bourbon et 50% sherry dans des fûts roux (déjà bien utilisés).
Nez : pur jus léger mais l’élevage a apporté beaucoup de gourmandise beurrée, vanillée et des fruits à coque
Bouche : sèche et toujours cette association jus et fût (mais très peu marqué bois), petite touche fumée
Finale : fumée et sèche
Il m’a bien plu ce 4 ans.
Sol Tarasco Hongos – 40%
Une petite bizarrerie maintenant, qui se base sur une tradition de la région : faire macérer des champignons (à effets psychotropes) pendant 3 semaines dans un blend de rhum pur jus âgé de 1 à 4 ans. Là-bas la finalité est de manger le champignon pour ces “vertus” hallucinogènes. Bien sûr, dans nos contrées c’est un peu compliqué de faire ça, du coup pour éviter les effets indésirables, la macération se fait avec des champignons déshydratés et tout est filtré. Bon, pourquoi pas…
La dégustation m’a laissé sur ma faim, un rhum finalement bien plus conventionnel et sans réel apport du champignon. Pas grand intérêt, j’aurais préféré manger les champi.
Uruapan Pure single agricola – 46%
Blend pur jus distillé sur colonne et alambic à repasse.
Nez : pot still assez présent et jus de canne évident. Un peu de maïs et de fumée
Bouche : douceur et à nouveau cette association entre pur jus et caractère fumé, avec en prime une grosse sucrosité (pas de sucre ajouté), petite acidité métallique mais qui s’équilibre plutôt bien avec le reste
Finale : assez longue dominée par la fumée
Un pur jus original par ces notes fumées, qui viendraient du sol volcanique sur lequel poussent les cannes. Hmmm ?

Chambre 407 – Ratu

Rhum Society 2022 – Ratu 5 ans, Ratu Lautoka 16 ans, Ratu 8 ans Signature Blend

Il n’y a qu’une seule distillerie sur les Îles Fidji. Les rhums y étant produits ne pouvaient être acquis qu’autre travers d’embouteilleurs indépendants mais voilà que South Pacific Distillery se met à embouteiller ses propres rhums sous leur marque Ratu. C’était la première fois que j’y goûtais.
Ratu Dark 5 ans (bourbon) 40%
A noter que la matière première est la mélasse et qu’ils ont à leur disposition colonne et pot still. De plus, sur chaque bouteille est effectuée une filtration avant embouteillage sur copeaux de noix de coco carbonisés.
Assemblage 50/50 pot still et colonne.
Nez : dominante pot still mais un peu arrondie par le rhum léger de colonne. Empyreumatique, banane, vanille
Bouche : sec et intense pour ses 40% degrés
Finale : très brûlé et très long
Typé Fidji mais heureusement arrondi par la colonne. Étonnamment, pour en avoir parlé avec un ami, il l’a trouvé très passe partout et précisément exempt des notes typées alambic à repasse.
Ratu Lautoka 16 ans – 46%
100% fut neuf US, toujours 50/50 pot et colonne
Nez : plus marqué par le bois et donc moins typique de la provenance mais le boisé est agréable et complexe. J’étais un peu inquiet des 16 années passées en fût américain neuf, mais le bois ne prend pas des accents de planche et n’est pas astringent.
Bouche : un boisé chaud et agréable vraiment dominant. Épicé, empyreumatique, torréfié
Finale : on garde ce profil
Un rhum facile sans être trop simple sur cet axe boisé.
Ratu 8 ans Signature – 35%
Il s’agit là d’une liqueur (100g de sucre par litre, ce qui est le minimum pour être appelé liqueur en Europe) qui a passé huit ans en fût de bourbon. La filtration se fait cette fois avec coco et moka.
Nez : très écorces d’orange (alors qu’il n’y en a pas dans la composition) et café, puis coco et vanille
Bouche : on retrouve les mêmes marqueurs en bouche avec moins d’orange et plus de coco
Finale : coco et café plus qu’autre chose
Une liqueur où l’on perd totalement le rhum.

Chambre 405 – Rhums du Sud x Collection Guillaume de Roany

Rhum Society 2022 – Rhums du Sud x Collection Guillaume de Roany Barbados (Foursquare) 13 ans brut de fût, Montebello 7 ans, Montebello blanc 57%

Barbados 13 ans brut de fût – 61,2%
Fût choisi sur place et donc vieillissement 100% tropical (en plus du passage en bateau).
Nez : on est chez Foursquare avec dominante coco et vanille mais ce duo est « réveillé » par une certaine fraîcheur et une belle concentration
Bouche : on retrouve cette concentration et cette fraîcheur toujours en support des arômes principaux. On a aussi l’impression qu’il y a peut-être un peu plus de pot still que dans la plupart des embouteillages qu’on trouve habituellement
Finale : longue et relativement asséchante sur la noix de coco
Je retiendrai surtout cette grosse concentration et ce côté légèrement rafraîchissant.
Montebello Navy Strength (blanc) – 57%
Il confirme le belle première impression du Rhum Fest, avec un pur jus vraiment gourmand et “complexifié” par une légère amertume et une note saline.
Montebello vieux 7 ans – 48%
Gros travail sur la réduction et la fin de l’élevage.
Nez : beaucoup d’amande bien gourmande et changeante mais il reste assez fin
Bouche : on garde l’amande mais on ajoute un boisé discret et un peu d’orange
Finale : sèche et tannins très fins
Montebello atypique et sur la finesse, avec l’amande en fil rouge.

Chambre 403 – U Massicciu

Rhum Society 2022 – Rhum Tia, Tia Cuvée 55%, Tia 60% pot still

La distillerie située sur la côté est de l’île de beauté élabore des eaux-de-vie et des liqueurs depuis quelques années et ne s’est mise à couler du rhum que plus récemment. Presque toute la production part en vieillissement pour augmenter l’offre de vieux d’ici quelques années.
Et pour ceux qui suivent, le jus dans la Dame-Jeanne n°18 de Ferroni vient bien de cette distillerie.
Rhum Tia – 42%
5 jours de fermentation et distillation en pot still ; élevage de 6 mois (5 mois en fût de Vermentino, puis un mois en fût neuf français)
Nez : fraîcheur végétale, vanille, léger, discrète note empyreumatique
Bouche : rien écrit 😦
Finale : on retombe sur le côté empyreumatique et la vanille
Tia 60% Pot Still blanc traditionnel
Nez : côté frais et sucré
Bouche : exactement pareil en bouche
Finale : moyennement longue et nette
Un rare pot still de mélasse français qui n’est pas trop dominé par l’alambic et avec ce côté frais et sucré il fonctionne bien.
Tia 55% brun traditionnel
Nez : on retrouve le Tia classique, avec plus de fruits à coque et le côté herbacé ressort plus, avec en bonus une touche agrumes
Bouche : plus d’intensité là aussi
Finale : toujours empyreumatique et on retrouve d’avantage l’appareil à distiller
Préférence pour ce 55 qui est assez original sans sortir la grosse cavalerie.
Petite info qui fait plaisir, ils vont faire quelques tests de plantation de cannes à sucre en Corse !

Chambre 304 – Famille Ricci

Rhum Society 2022 – Famille Ricci Collection Exception : St Lucia 22 ans, Uitvlugt 33 ans, Nicaragua 22 ans, TDL 31 ans et Hampden 39 ans

Famille Ricci 7ème symphonie – 49%
Je le trouve bien ce blend Bielle canne grise / Foursquare, comme au Rhum Fest, puissance juste bien dosée, boisé épicé complexe et fruits à coque.
La Collection Exception vient ensuite s’enrichir de 6 nouvelles expressions (dont 5 étaient à découvrir sur le salon). Y’a du lourd.
Famille Ricci Sainte Lucie 22 ans – 44%
20 ans de vieillissement tropical
Il est bien brut de fût mais a été enfûté à plus bas degré que d’habitude.
Très expressif malgré le relativement faible pourcentage d’alcool. On se situe sur ce profil John Dore et donc trop pot still à mon goût.
Je veux des blends colonne/pot de Saint Lucie !
Famille Ricci Uitvlugt 1989 (33 ans) – 49,5%
Assemblage Port Mourant et Uitvlugt – 24 ans de vieillissement tropical
Tout juste le nez posé sur le verre, l’identité PM est arrivée avec ce boisé si particulier. Heureusement, juste derrière, arrivent d’autres éléments : épices, fruits à coque et un profil plus torréfié. Plus de bois en bouche mais beaucoup de cacao. Une certaine verdeur demeure. Très long.
Intéressant mais pas assez plaisir pour mon palais.
Famille Ricci Nicaragua 22 ans – 60,4%
16 ans de vieillissement tropical
Nez : pâtissier, coco grillé, tabac, vanille, torréfié
Bouche : Belle présence entre gourmandise et notes plus sombres
Finale : rien écrit 😦
Il est bon de voir arriver de plus en plus de rhums d’Amérique Latine/Centrale non édulcorés et à haut degré.
Famille Ricci Trinidad Distillers Limited 31 ans – 64,5%
26 ans de vieillissement tropical
Nez : fruits du verger, légère fumée (passage en fût de Caroni, voire adjonction de rhum de la distillerie fermée ?), boisé
Bouche : puissant et explosif, qui prend bien toute la bouche, une goutte suffit. Grosse gourmandise boisée et “sucrée”
Finale : ce boisé épais et sucré reste alors que la légère fumée revient en arrière-plan
Très différent des plus récents TDL, qui sont très portés sur le cassis, ce rhum de Trinidad est, d’une certaine façon, plus classique (au sens rhum) mais se voit doté d’une grosse concentration gourmande.
Famille Ricci Hampden 39 ans (HGML) – 57,9%
26 ans de vieillissement tropical, passage 8 mois en fût d’Olorosso avant embouteillage
Nez : évidemment Hampden et son aromatique complexe et exubérante mais on le découvre étonnamment aimable
Bouche : il y a un côté vraiment rond, pas cette acidité qui peut parfois être agressive, on retrouve cependant nos fruits trop mûrs, l’amande amère, des épices, une facette cuir/animal, des accents pâtissiers…
Finale : typique de la distillerie jamaïcaine avec cette note fumée
J’ai été impressionné par ce Hampden. Il me donne l’idée que les années l’ont arrondi sans le dompter. Les “gros” Hampden peuvent avoir un côté dents de scie sur leur aromatique (et c’est parfois ce que l’on aime) mais ici, l’association des 26 ans passés sous les tropiques, des 13 ans de vieillissement continental et des 8 mois de finition ont rendu ce rhum “plein”. Réussir à garder l’ADN de la distillerie tout en y ajoutant (encore plus de) rondeur et souplesse relève du tour de force. Très belle sélection !
Pour les curieux, ce fût se trouvait chez le broker Main Rum (au Royaume-Uni) et c’est là que Famille Ricci en a fait l’acquisition.

Chambre 303 – Swell de Spirits

Rhum Society 2022 – Swell de Spirits Long Pond 2007, New Yarmouth 1994, Port Mourant 1995, blanc mexicain

Si vous voulez vous mettre à jour sur ce jeune embouteilleur indépendant français, c’est par-ici.
Voici ma dégustation – dans le désordre – des quatre rhums présentés (plus un :P).
Swell de Spirits Long Pond 2007 – 68%
Vieillissement tropical 14 ans
Nez : copeaux de crayon, amande amère, tabac, coco, assez sombre et punchy
Bouche : la concentration et le punch se confirment, ainsi que la gourmandise, l’alcool est superbement dosé
Finale : long, chaud, gourmand, coco
Ne demande qu’à en reprendre !
Swell de Spirits New Yarmouth 1994 – 66,7%
Pot et colonne, majeure partie vieillissement tropical
Nez : Comme sur celui d’Excellence Rhum, on est bien plus sur la gourmandise concentrée du fût (coco, tabac) que sur le funk jamaïcain
Bouche : hyper concentré, colle aux dents mais une certaine fraîcheur lui donne une pichenette dans le bon sens
Finale : tabac et coco
Un côté “quintessence de rhum”, presque du sirop (sans le sucre hein), impressionnant.
Swell de Spirits Uitvlugt Port Mourant 1995 – 53,4%
Nez : bonheur de ne pas avoir de savon ! A la fois légèrement herbacé et chaleureux. Amande, réglisse et une touche de vanille. Parallèle avec certains pot stills jamaïcains
Bouche : on retrouve un peu plus le profil PM mais sans le savon encore une fois, la réglisse prend encore en puissance bien accompagnée par l’amande
Finale : longue et très pot still
Un Port Mourant qui me convaincrait presque qu’il peut encore sortir de belles choses chez PM même sur un élevage majoritairement continental.

Rhum Society 2022 – Swell de Spirits Barbados 2006 et Long Pond 2007

Swell de Spirits Blanc mexicain – 66,5%
Nez : pot still, mélasse, certaine acidité, léger fumé, pâtissier
Bouche : sucrosité, intensité, relative fraîcheur, puissance mais toujours ce pot still. Grosse sucrosité
A voir ce que ça donne en vieillissement. Ce n’est pas un profil que j’affectionne particulièrement mais à surveiller avec de l’âge.
Swell de Spirits Blanc jamaïcain – 72%
Blend Hampden et Worthy Park
Une bombe jamaïcaine dotée d’une grosse sucrosité qui devrait faire des gros cocktails, même en version réduite.

Chambre 305 – Karukera 2009 Velier

Rhum Society 2022 – Karukera 2009 Velier

Ça vous aura peut-être échappé mais vont sortir (à moins que ce ne soit déjà le cas et que je ne les ai pas vu passer, ce qui est fort probable) trois rhums de Guadeloupe sous les couleurs de Velier, un Montebello, un Bologne et ce Karukera.
Nez : canne, menthol, fruits à coque, pâtissier
Bouche : belle sensation en bouche, avec les mêmes marqueurs qu’au nez
Finale : très canne et menthol
Pas mauvais, loin de là, mais trop marqué par la fraîcheur mentholée à mon goût.

Chambre 505 – Nobilis

Rhum Society 2022 – Nobilis Equador 2005, Diamond 2006, Montebello brut de colonne et St Lucia 1999

Voici un autre embouteilleur dont je n’avais pas encore goûté les sélections. Cette marque danoise officie depuis moins de deux ans mais s’est directement lancée sur des rhums très qualitatifs (ou en tout cas vieux et chers), dont beaucoup de Guyana.
Nobilis Guyana Diamond – Versailles Still Rev 15 ans – 56,6%
Nez : ah du savon… Heureusement il n’y a pas que ça et le profil est assez sombre avec une note marquée d’amande
Bouche : encore une fois, pas que du savon mais je suis trop sensible à cet arôme. Cependant, “sucré”, boisé, torréfié
Finale : idem
Ça, sans le savon ça aurait pu être très bon.
Nobilis St. Lucia Distillers 1999 22 ans – John Dore 1 – 65,1%
7 ans de vieillissement tropical
Nez : il ne correspond pas totalement à l’image que je me fais des rhums provenant de cet alambic John Dore 1. Fruité (banane, orange), épicé, herbacé, léger fumée, un peu de vanille
Bouche : très puissant et très intense sur une trame aromatique très proche du nez
Finale : très très longue !
Moi qui ne suis pas fan des rhums de Sainte Lucie 100% pot still, celui-ci fut plutôt une bonne surprise.
Nobilis Romero & Sons (Equateur) 2005 17 ans 69%
Nez : très marqué par le fût américain, tabac, vanille, coco mais aussi un côté animal (étable)
Bouche : fort, sucré (sans sucre ajouté), peut-être une très légère touche soufrée
Finale : boisée
Quand je parlais des rhums latino non sucrés et full proof… encore un exemple.
Nobilis Montebello – Brut de colonne – 82%
Nez : canne, maïs, gazon, on l’imagine épais et gras
Bouche : grosse sucrosité, l’alcool est présent certes mais on n’imagine pas qu’il soit à 82%.
Long, explosif, un joli brut de colonne.
Ils vont sortir un coffret de trois bouteilles de 50cl avec ce blanc et deux versions âgées – je crois – 6 et 14 ans.

Voilà qui clôt les dégustations de mon Rhum Society 2022. Il me reste cependant encore une chose dont je veux vous parler, afin de rendre le plus complet possible ce retour d’expérience. Je vous en parle très vite 😉

Rhum Society 2022 – partie 1

5 thoughts on “Rhum Society 2022 – partie 2

  1. Bonsoir,

    Merci pr ces retours de dégust’, ça peut aider avt achat…notamment les “Swell de spirit”.
    A tt hasard, as-tu une date de sortie (j’ai déjà acheté en direct chez eux et je reçois svt des mails pr précommande mais sait-on jamais..), je serais bien tenté par le New Yarmouth. Bon tu me diras, je peux leur envoyer un mail, tt bien réfléchi. Mais si tu as l’info…

    Le Ricci Hampden 39 ans me tentait aussi, mais à 1300€ la bouteille, je le trouve un poil cher ;-). Ne serait-ce pas un peu exagéré….? Certes, 39 ans. Mais qd même….

    Bref, merci 😉

    @+

    Cyril

    Like

  2. Re-, j’ai ma réponse pr le Swell New Yarmouth : c’était 191€ HT. “C’était” car épuisé… Compliqué maintenant, décidément…. @+

    Like

    • Salut Cyril,
      J’avais loupé ton commentaire. Oui en effet, faut être à l’affût pour les Swell… Je pense que pour le NY, même s’il est épuisé sur leur site, tu peux en trouver chez des cavistes, enfin, pas évident non plus.
      Le Hampden de chez Ricci m’a impressionné mais en effet à ce prix là je ne vais pas l’acheter. Pour ce qui est de la justification de ce prix, c’est avant tout le prix auquel lui a acheté le fût chez Main Rum. Et de ce que l’on sait il aurait une grosse partie de vieillissement tropical ce qui peut aussi expliquer le différentiel de prix avec les Hampden des autres IB, qui sont tous continentaux.
      Bonn réflexion ^^
      Laurent

      Like

      • Merci pr ta réponse Laurent. Rien trouvé de dispo sur le net pr le NY (excellence rhum en rupture de stock hier alors que ça indiquait une livraison à partir du 31/05…). Même pas en Allemagne (pas sûr qu’il exporte là-bas). Tant pis.

        Incroyable qd même que cela devienne aussi compliqué d’acheter de bonnes bouteilles à des tarifs à peu près corrects.

        A 1300€, la moindre des choses qu’il t’ait impressionné. Cela dit, il me semble avoir vu pas mal de “trentenaires” (mais pas 40, c’est vrai) au cours des 12 derniers mois mises sur le marché à des tarifs moins impressionnants.
        Tiens par exemple, là, à moins de 400€, le Jack Tar Enmore 1988 – 90 blended – Alpha” avec 92 sur WhiskyFun (et oui, il mets des notes, lui (Serge) ;-p (te fatigue pas à mettre le lien du sujet abordé sur Préf Rhum 😉

        https://www.excellencerhum.com/fr/guyana/7884-rhum-jack-tar-enmore-1988-90-blended-alpha.html?

        Bon, elle aussi n’est plus dispo, mais elle l’était hier. Là aussi, j’ai trouvé un poil cher et, après hésitation, ai passé mon tour. Je regretterais presque…

        Va-t-il falloir se résoudre à mettre 400€ pr avoir une excellente bouteille de rhum, dorénavant ????? Pr avoir accès au haut du panier ? Car je sais que l’on trouve de très très bonne bouteille aux env de 150-300 €. Mais pr “l’exceptionnel” (bien sûr, tjrs avec le filtre de la subjectivité…) ???

        Bon, la Ricci est qd même tjrs dispo à la pré-commande chez ExcellenceRhum. Comme quoi, le tarif en a calmé + qu’un (2 avec toi) :-))

        @+

        Like

  3. Pingback: Rhum Society 2022 – bonus | Les rhums de l'homme à la poussette

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s