Une dégustation de grogues à l’aveugle

Cette dégustation est le résultat d’un alignement des astres. Alors que je recevais une bouteille du grogue embouteillé pour Rumporter (merci encore du cadeau !), mon frère venait de passer un séjour au Cap Vert, dont il était revenu avec quatre bouteilles de cet alcool de canne local. Alors quoi de mieux que d’intégrer ma bouteille tout juste réceptionnée au butin de guerre de mon frangin et de s’en faire un line-up ?
Voici nos notes, retranscrites telles quelles.

Aguardiente Alcane – 43%

Une dégustation de grogues à l’aveugle – Aguardiente Alcane – 43%

Nez : pur jus sur alambic, mélange rond fruité (mangue très/trop mûre) avec âcreté métallique. Expressif et agréable. Un tout petit quelque chose de fumé/pierre à fusil très en retrait
Bouche : une belle association entre intensité, rondeur et acidité. Réglisse, herbacée, jus de canne
Finale : longue qui reste intense plusieurs secondes, dominée par un côté capiteux et donc un léger manque de fraîcheur.
On commence pas mal du tout avec cette entrée en matière qui donne le ton.

Sodade Rumporter – 44,7%

Une dégustation de grogues à l’aveugle – Sodade Rumporter – 44,7%

Nez : moins exubérant et se rapprochant plus d’un pur jus des Antilles, avec encore cette trace alambic cependant mais aussi de l’anis. Fleurs capiteuses arrivent, ainsi qu’une pointe de menthe qui va rester contrairement aux fleurs.
Bouche : quelque part entre mon idée du grogue et un martiniquais. Alcool bien. Dominante végétale et léger réglisse. Frais
Finale : assez nette et courte avec une amertume plus ou moins marquée selon les gorgées
Peut-être moins typé que le précédent mais dont l’équilibre nous a plus enthousiasmé.

Garça Real – 43,5%

Une dégustation de grogues à l’aveugle – Garça Real – 43,5%

Nez : âcreté/acidité et anis, le moins expressif des trois. Un peu de colle scotch. Et une note légèrement dérangeante (plastique/caoutchouc). Certaine verdeur herbacée
Bouche : légère acidité, alcool très discret, texture relativement épaisse, dominante végétale et légèrement poivré
Finale : assez longue et agréable
Des qualités mais aussi des défauts pour ce numéro 3.

Grogue Nova Beth d’Kinha – 43%

Une dégustation de grogues à l’aveugle – Grogue Nova Beth d’Kinha – 43%

Nez : canne bien mûre qu’on imagine bien ronde. Sa nature groguesque est finalement assez discrète. Touche de citron vert. Et puis un mélange riz complet / huile de friture… oui je sais c’est bizarre et ce n’est ni agréable ni désagréable. Pointe florale.
Bouche : gras, on retrouve notre riz mélangé à la canne, ce qui fonctionne et est plutôt gourmand
Finale : moyennement longue et l’on part sur le côté herbacé, voire légèrement marin
Une identité qui se remarque, même si un peu en marge de notre idée d’un grogue, très intéressant et loin d’être désagréable.

Engenho – 49%

Une dégustation de grogues à l’aveugle – Engenho – 49%

Nez : moins expressif que le précédent, comme dilué. Un peu de menthe et quelque chose de désagréable vaguement organique. Pointe florale là aussi
Bouche : plus classique sans réelle accroche particulière mais sans défaut
Finale : assez longue, classique sur une canne herbacée et légèrement acide
Pas loupé mais certains éléments font qu’il n’est pas non plus réussi.

On a trouvé le niveau global assez haut et tous les “concurrents” de cette dégustation à l’aveugle (sur le modèle de celles-ci) ont eu la moyenne. Vous vous en doutez, certains s’en sont mieux sortis que d’autres. En tête de classement, partageant la première marche du podium, nous avons le Grogue Nova Beth d’Kinha et la Cuvée Sodade Rumporter qui se sont démarqués, entre autres, par leur équilibre. L’Aguardiente Alcane occupe la troisième place, avec son profil très grogue et fruité. Le Garça Real arrive en quatrième du fait de son relatif manque d’intensité et enfin le Engenho ferme la marche puisque c’est celui qui nous a le moins plu.

Une dégustation de grogues à l’aveugle – Punch mel ❤

Pour se remettre de nos émotions, nous avons ensuite bu un punch mel, un tout simple mélange d’un équivalent local du sirop de batterie (appelé miel) avec du grogue. Et bien, c’était étonnamment plaisant, une vraie découverte !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s