France Quintessence et Rhum Fest 2021 – partie 2

On remet ça avec la suite (et fin) de ce salon pluriel qu’était Liquid Passion. Pas mal de rhum, un peu de whisky, une goutte de vodka (!), une pointe de cognac et d’armagnac et quelques bières pour rincer tout ça, voilà le programme. Quelques nouveautés, des découvertes (ou redécouvertes), c’est ce qui vous attend.
Alors sans plus tergiverser, jetons-nous dans le bain – ou plutôt dans le verre à dégustation.

On démarre par des visites rapides sur certains stands qui proposaient une ou deux références auxquelles je voulais goûter.

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Plantation Barbados 5 ans et la Favorite Cœur de Canne 4 ans

Plantation
Une grosse actualité chez Plantation ces dernières semaines, avec la commercialisation des Single Casks 2021, la cinquième référence de la gamme ornithologique, la finalisation de la Barge 166 (j’essaierai de vous en parler prochainement) et l’inauguration de la distillerie Citadelle (oui c’est du gin mais c’est la même maison). Et parmi toute ces événements, s’est glissée une nouveauté, remplaçante du Gran Añero, qui sera 100% Barbade (5 ans). Typique de cette provenance avec coco grillé et vanille, et aussi sucrée que la version précédente, nul doute que les “débutants” auront une référence à ajouter à leur rhumothèque.

La Favorite
J’étais déjà passé au stand de La Favorite au Salon Dugas Club Expert il y a quelques semaines mais j’avais loupé la nouvelle version do Cœur de Cane vieux. C’est Franck Dormoy qui a attiré mon attention sur le lifting de cette référence. Il revient en effet avec deux degrés de plus et surtout un an de plus.
La Favorite Cœur de canne 42%
Plus équilibré et intéressant, entre bois, fraîcheur, vanille, épices et un peu de poivre (ben oui, on est chez La Favorite quand même ^^).

Mana’o

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Mana’o Paille et Mana’o Blanc

Rien de nouveau chez Mana’o – ça commence à faire long d’ailleurs – mais un rhum blanc que j’ai toujours apprécié et dans lequel je me replonge avec plaisir. Cette nouvelle dégustation n’a fait que confirmer mon goût pour ce blanc ; et beaucoup moins pour le paille.
J’ai également appris que Mana’o est un assemblage et 5 distillations séparées de 5 cannes différentes ; je ne crois pas avoir vu cette information avant (mais je deviens vieux).

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Thoreau et Grosperrin Bois Ordinaires Île d’Oléron 90

Thoreau 40%
Voilà une création mutante dont l’étiquette vert fluo avait déjà heurté ma cornée dans les sombres recoins des réseaux sociaux. Un assemblage de 70% rhum (du Guatemala) et de 30% cognac (VSOP).
On a bien les deux éléments au nez. En bouche, le rhum prend le dessus, puis le cognac se réveille un peu sur la finale.
Un produit facile et pas complètement déconnant et… voilà, c’est tout.

Grosperrin Bois Ordinaires 90 Île d’Oléron 46,2%
Puisqu’on avait déjà une narine dans le cognac, on continue avec un Grosperrin que j’avais loupé au Whisky Live.
Nez très charmeur sur le fruit, alors que la bouche est un peu en retrait et un verre vide très très raisins.

Laballe

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Armagnacs Laballe Exode XIV et Résistance

Allez, on en termine avec le raisin en faisant un détour par les Armagnacs Laballe, dont j’avais entendu de belles choses sur leurs vieux millésimes. Mais ici, point de vieux millésimes et uniquement des créations récentes et d’âge réduit.
Laballe Eau de vie (blanche) 43%
Très fruité poire pêche.
Laballe Exode XIV 43% ugni blanc 4 ans
Fût bien marqué mais jeune, sur la vanille et la rondeur, fort simple
Laballe Résistance 43 % baco 8 ans
Le boisé est ici bien plus marqué et est mâtiné d’accents épicés. Plus caractériel
Alors qu’il n’y a pas de “faute”, je ne leur ai trouvé que peu d’intérêt dans l’ensemble.

The Duppy Share

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – The Duppy Share et Duppy White

On repart vers le rhum avec comme point de chute l’Angleterre et un rhum qui y fait fureur et qui débarque en France : Duppy Share. Les jus proviennent de Foursquare (Barbade) et de Worthy Park (Jamaïque).
C’est une marque que je vois depuis bien longtemps sur les réseaux sociaux mais sur laquelle je n’avais pas encore pu me pencher ; en plus, ça tombait bien, ils n’avaient pas une, mais trois références en dégustation.
Duppy White 40%
Rhum blanc intégralement Worthy Park et réduit à 40%.
Très fruité au nez et un peu moins en bouche. Un profil jamaïcain assez unique et pas inintéressant (et non édulcoré).
Duppy Share 40%
Une Jamaïque douce et fruitée, ananas et banane avec quelques épices, puis la Barbade vient mettre son grain de coco en bouche. Pas très long.
Duppy Share XO 42%
Foursquare uniquement (jusqu’à 15 ans, avec du 8, du 12 et du 15), qui devrait bientôt sortir.
Coco grillé et vanille s’en donnent à cœur joie, touche d’épices et de tabac. Présence en bouche pas mal, avec une vraie texture. Un Foursquare classique qui marche. En revanche, ils ont la main lourde sur le caramel, vu la couleur (mais comme je n’ai pas de photo de la fiole, vous devrez me croire sur parole).

Savanna

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Savanna 5 ans Traditionnel, Le Must, Créol 52, Lontan 57, Wild Island “L’Arbre” et Wild Island “La Vague”

Ou la distillerie aux multiples profils aromatiques. Depuis quelques années, Savanna nous gratifie de beaucoup de nouveautés, souvent au très petit tirage, mettant en avant leurs techniques de production et de vieillissement très variées. Ça a encore été le cas ici avec deux nouvelles références pour leur gamme Wild Island (aux superbes étiquettes), mais ils proposaient aussi deux expressions pérennes, par lesquelles j’ai commencé.
Savanna 5 ans Mélasse 43%
Débute bien, frais et fin, avec des marqueurs qui vont progressivement se mettre en place et une vanille qui va clairement dominer. Gourmand. Bouche facile, chaude et équilibrée sur la simplicité, avec une certaine amertume sur la finale
Bonne surprise que ce 5 ans
Savanna Le Must 45%
Voici une nouvelle référence, qui est un assemblage de rhum de mélasse et de grand arôme, âgé de 5 à 9 ans.
Le grand arôme est moins marqué que ce à quoi je m’attendais, fin et gourmand, et au contraire ce grand arôme apporte de la profondeur et de la complexité sur les fruits, la vanille (et pas l’olive !) et une certaine amertume végétale, qui va rester. L’alcool est mesuré et la finale est longue.

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Savanna Wild Island “L’Arbre” et Wild Island “La Vague”

Savanna Wild Island L’arbre 52,3% agricole finish armagnac 8 ans
Mérite quelques minutes pour s’ouvrir et on a des épices, un boisé agréable (pas si présent). L’alcool est parfaitement dosé, les épices et des touches légèrement empyreumatiques prennent bien le palais. Emprunte poivrée marquée, puis caramel et vanille. Attaque bien et finale longue. Milieu de bouche un peu « plat » et peut-être un peu simple dans l’ensemble.
Savanna La vague 13 ans 64,5% mélasse finish calvados et Grand Arôme
Très expressif, sec, l’alcool a l’air très bien intégré, notes brûlées que je retrouve souvent chez Savanna. Gourmand sur des notes chaudes. Attaque très sympa, autant niveau identité qu’intensité. Puis on a que ce côté vanille/et brûlé qui dure très longtemps.
Après avoir loupé bon nombre de leurs dernières sorties, je n’étais pas mécontent de me pencher à nouveau sur la distillerie la plus innovante de la Réunion.

Héritiers Madkaud
Cela faisait bien trop longtemps que je n’avais dégusté les rhums agricoles de cette marque. J’avais entre autres fait passer le baptême du feu au Castelmore avec un dégustation comparative à l’aveugle dont il s’était d’ailleurs bien tiré. Mais il était fort possible que je n’avais pas goûté les autres jusqu’alors.

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Héritiers Madkaud Cuvée Renaissance Blanc et Cuvée Castelmore Blanc

Héritiers Madkaud Renaissance 50%
Nez très canne gourmande, avec toutes les facettes de la canne à sucre
Alcool super, bonne texture, sucrosité
Finale assez longue où l’on garde la canne qui devient plus fraîche et plus végétale
Très bonne impression, avec un rhum pas très complexe mais tant mieux, ça fait du bien et il offre surtout beaucoup de plaisir.
Héritiers Madkaud Castelmore 50%
Plus profond, plus complexe, terreux, citron vert
Pareil sur la bouche avec un peu de poivre en prime
Frais et végétal là aussi
Un rhum qui offre une dégustation plus complète mais qui est un peu moins gourmand.

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Héritiers Madkaud Cuvée Renaissance Vieux et Cuvée Castelmore VSOP

Héritiers Madkaud Renaissance VO 40%
Le boisé ne me plaît pas trop avec son côté poudré. Malgré ça, la texture et la finale son réussies.
Héritiers Madkaud Castelmore VSOP 40%
Légèrement meilleur que le VO, avec des notes torréfiées sympa mais je n’ai pas été totalement convaincu non plus.
Deux très bons rhums blancs et des vieux dont je suis moins client.

Faronville

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Vodkas Faronville Premium et Réserve

Il faut bien une première à tout, et j’ai donc dégusté de la vodka sur un salon. Je sais, moi aussi quand je l’écris, ça me fait tout aussi bizarre qu’à vous quand vous le lisez. Mais bref, j’ai écouté les conseils d’une grande dame et me voilà donc à discuter patate avec une charmante personne derrière son stand. Oui, car ses vodkas sont uniquement faites à base de pommes de terre, elles-mêmes cultivées par cette jeune femme et son mari, dans le Loiret. Nous avons donc affaire avec une ferme-distillerie, et là, même mon intérêt à moi que j’ai personnellement est éveillé. Dégustons !
Vodka Faronville Petite Eau 40%
Univers que je ne connais pas, avec en effet quelque chose de plus niveau arômes et texture, et une vraie longueur. Intéressant mais pas révolutionnaire.
Vodka Faronville Premium 42%
Encore plus épaisse, la texture est vraiment très agréable. Je m’attendais peut-être à plus de différence avec la précédente (la Premium étant non filtrée) mais elles sont relativement proches, avec tout de même quelques notes vanillées sur la finale, qui est encore plus longue que la précédente.
Il n’en demeure pas moins, qu’avec ma maigre expérience en vodka, c’est sans doute la meilleure que j’ai dégustée ; certes la barre n’était jusqu’alors pas trop haute, mais quand même.
Vodka Faronville Réserve 43%
Et v’là-t’y pas qu’ils nous proposent aussi une vodka vieillie ! Âgée de 11 mois, dont 3 mois fûts neufs chauffe forte pour commencer, puis 8 mois en fût de Sauternes.
Le bois est bien présent et il ne faut sans doute pas plus de temps en fût. C’est définitivement ce dernier qui domine la dégustation, dégustation qui est assez longue et gourmande mais simple.
Une bonne chose que d’être venu jeter une papille à ces vodkas de pommes de terre finalement.

Un peu de whisky pour finir notre grand tour des spiritueux du salon avec un affineur-embouteilleur girondin.

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Roborel de Climens Sauvignon et Merlot

Roborel de Climens utilise des distillats de chez Hepp (distillateur alsacien), qu’il fait vieillir dans d’ex-fûts de vins de Bordeaux pendant environ 6 mois (que des premiers remplissages pour l’instant).
Sauvignon 40%
Le vin est bien présent au nez. Plutôt subtil et fin dans l’ensemble avec un léger fruité. Le côté vineux est toujours là en bouche mais un peu plus timide. Le distillat est en retrait mais on le retrouve sur le verre vide.
Merlot 43%
Plus vineux, agréablement au nez comme en bouche, très légèrement fumé (ce qui viendrait de la chauffe du fût). Sucrosité en bouche, qui reste jusqu’à la finale, relativement longue.
Pas mal.

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Roborel de Climens Sémillon et Cabernet Franc

Sémillon 46%
Alcool plus présent, il nous offre des fruits (secs et frais) et se révèle plus gourmand. Confirmé en bouche sur la sucrosité et une étonnante “tourbe” sur la finale.
Peut-être un tout petit peu trop fort mais sinon ça fonctionne bien.
Cabernet Franc 46% 18 mois de finition
Le vin/fruité prend totalement le pas sur le whisky
Sucrosité sur l’attaque, puis le raisin et le vin prennent bien la bouche, alors que le whisky ressort un peu en finale.
Encore une fois pas mal avec un whisky au second plan (voire sur un strapontin au fond de la salle).
J’ai bien aimé ce travail sur le vin, surtout que “pour une fois” je n’y ai pas trouvé de soufre !

Moutard

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Moutard Marc de Champagne XO et Whisky

On file en Champagne chez Moutard, qui utilise un brassin de malt en provenance d’une petite brasserie et qui va le mettre à fermenter, pour le distiller et le faire vieillir chez eux.
Whisky 3 ans 45%
Vieillissement en fût de ratafia champenois (à peine vidé). Levure de vin à la fermentation.
Un nez qui lui donne plus que son âge, et une gourmandise certaine en plus de la céréale. Le côté vineux est évident et encore plus sur la finale. Original et réussi. Un peu de miel sur le verre vide.
J’ai bien aimé.
Marc de Champagne XO brut de fût, 67,7%
Nez très original, très fruité, très riche, côté rond et même moelleux (pas dans le sens sucré), boisé (un peu étrange, peut-être légèrement humide), la pâte d’amande accentue la gourmandise. Il donne vraiment l’impression qu’on va en mâcher. La facette vin, ressort progressivement. En bouche le côté raisin est bien plus marqué ; c’est d’ailleurs ce qui restera longtemps sur la finale. Gosse intensité et l’alcool est vraiment pas mal.

Après tout ça, il était temps de se rafraîchir !

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Bières Stone Brewing et Mikkeller

Trois stands, avec pour commencer Stone Brewing, une brasserie historique californienne. Et là, autant leur session IPA m’a assez plu, autant leur IPA pas du tout et leur Imperial Stout lorgnait vraiment trop du côté gâteau de noël avec des épices (vanille, cannelle) à foison à en devenir vite écœurante.
On file chez Mikkeller, avec à nouveau une très bonne session IPA mais aussi une cherry sour qui aura beaucoup plus à mes camarades (pas goûtée personnellement) et une double stout comme je les aime, bien noire et ce qu’il faut de gourmandise épaisse mais sans excès.

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Gallia et leurs trois vières

Et on termine chez Gallia une fois de plus (comme l’année dernière), avec des bières qui m’ont une fois de plus totalement conquis, autant sur des références classiques (DIPA et session IPA) que sur leurs “vières”, des créations bâtardes entre bière et vin. En effet, ils ont associé des moûts de raisin et de bière pour arriver à un résultat que je trouve vraiment réussi et très addictif. Gamay, Gewurztraminer et pinot noir pour ces trois créations hors du commun que je risque bien d’acheter prochainement, parce que quand même, c’est drôlement bon !

C’est sur cette note très positive que s’achève mon aventure France Quintessence et Rhum Fest 2021 et par la même occasion ce marathon des salons de la rentrée, dans lequel j’espère vous m’avez suivi ! Moi je vais me coucher.

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Ça déguste, ça déguste…

France Quintessence et Rhum Fest 2021 – Partie 1

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s