Rhum Society 2022 – partie 1

Ça y est, l’événement autour du rhum qui se tient à l’Hôtel Monte Cristo est désormais un rendez-vous récurrent des amateurs d’eau-de-vie de canne. C’est déjà la troisième édition de ce salon d’un autre genre, où vous pourrez, chambre par chambre – et donc en petit comité – découvrir non seulement trois rhums d’une maison mais aussi, voire surtout, discuter de manière privilégiée avec des producteurs, embouteilleurs, distributeurs ou encore brand ambassadeurs.

Rhum Society 2022 – L’Hôtel Monte Cristo

Petit avertissement : il y a beaucoup à faire, aussi allez-vous devoir faire des choix. Si vous n’avez acheté un billet que pour un seul créneau horaire (deux heures et demie), vous n’aurez d’autre choix que d’établir un ordre de priorité dans ce que vous voulez déguster ; heureusement le programme détaillé pour chaque chambre est disponible plusieurs jours avant le jour J. Autre précision, le salon se déroule sur 4 jours : un premier week-end et un second, la semaine suivante. Les exposants changent d’un week-end à l’autre, faites-y attention.
Côté organisation c’est bien foutu, avec une personne dédiée à chaque étage pour vous renseigner, non seulement sur les exposants présents à ce niveau mais aussi le temps d’attente approximatif pour chaque marque. Et si un rhum vous plait particulièrement lors de vos dégustations, vous pourrez l’acheter (souvent à prix préférentiel) dans le hall de l’hôtel où une boutique éphémère s’installe le temps du salon.

Mais sans plus tarder, voici les rhums que j’ai pu découvrir ou redécouvrir lors du premier samedi de ce Rhum Society 2022. J’ai décidé, sans raison particulière (je fais ce que je veux), de les lister par numéro de chambre croissant même si ça ne reflète pas l’ordre dans lequel j’ai navigué.

Chambre 103 – Secha de la Silva – 40%

Rhum Society 2022 – Secha de la Silva

Rhum du Guatemala vieilli 4 ans en fût de bourbon + 6 mois en fût de chêne US neuf, avant d’être infusé au café et au cacao.
Nez : boisé gourmand US, côté torréfié présent mais très discret
Bouche : l’infusion est plus franche et il n’est pas trop sucré
Finale : assez sèche et boisée, avec le cacao et le café qui finalement ressortent le plus sur cette ultime étape
Je m’attendais à (bien) pire.


Chambre 106 – le Bar 1802

Rhum Society 2022 – Embouteillages pour le Bar 1802 : Plantation Single Cask Jamaica 1998 (finish Bourbon), Compagnie des Indes TDL 19 ans et Rum Runner Clarendon 1995

Rum Runner Clarendon 1995 – 65,6%
Nez : amande, pâtissier, il faut lui donner un peu de temps
Bouche : alcool présent mais pas brûlant, grosse intensité avec un joli trio fruité, pâtissier et boisé
Finale : longue et pâtissière/empyreumatique
Un très joli rhum Jamaïcain équilibré sur des notes gourmandes qui donnent envie d’y revenir.
Compagnie des Indes – TDL 19 ans – 57,1%
Nez : tellement de cassis ! Et en même temps une fraîcheur mentholée ainsi qu’un niveau empyreumatique/Caroni en backstage
Bouche : beau degré et mêmes marqueurs
Finale : cassis et Caroni, hyper long
Vraiment pas mal du tout !
Plantation Jamaica 1998 (finish bourbon) – 49,4%
Déjà dégusté (Marché de Noël) et quelle bombe de gourmandise de bourbon pâtissier !
Vraiment trois belles sélections pour le 1802, bien joué 🙂

Chambre 108 – Ferroni

Rhum Society 2022 – Ferroni Qasab

Ferroni Qasab 55%
Rhum pur jus de canne (canne endémique vers Valence, en Espagne).
Nez : sucré, champignon de Paris, degré très bien, touche marine
Bouche : plus sec que prévu (mais il devient plus doux à la seconde gorgée), avec une texture et quelque chose d’umami, peut-être le côté champignon qui m’a fait penser à ça
Finale : on retrouve le côté marin (fruits de mer cuit) et un arôme que j’ai du mal à identifier qui accompagne longtemps (oui je sais ça ne vous avance pas tellement)
Une vraie identité ! Belle surprise. Ce qui est bien c’est que d’autres petites productions sur ce modèle vont voir le jour, avec cette idée à chaque fois de mettre en avant un type de canne et une région de production (entre sud de la péninsule ibérique et pourquoi pas nord du Maroc).
Merci aussi à Luc pour cette petite chose de Guinée-Bissau, curieux de voir si ça donnera quelque chose un jour 🙂


Chambre 306 – Montebello 10 ans but de fût – 45,3%

Rhum Society 2022 – Montebello 10 ans but de fût

Nez : old style Guadeloupe, fruits confits, épices douces, sucré brûlé, menthol
Bouche : dans la lignée du nez, non sans rappeler un vieux Bellevue
Finale : très longue toujours sur ces arômes empyreumatiques et mentholés
Il a des qualités indéniables mais je manque de plaisir sur ce profil.


Chambre 307 – Old Brothers

Rhum Society 2022 – World Esters Rhum, Old Brothers MGB batch 2 et Old Brothers Grogue Bear’s House

World Esters – 41,8%
Je trouve vraiment ça bien foutu et ça tombe pile dans la cible, à savoir avoir un rhum qualitatif pour les bars, qui contrairement à beaucoup de rhums qu’on trouve dans les bars, a du goût. Confirme tout à fait ma bonne impression du Rhum Fest.
Old Brothers MGB batch 2 – 47,9%
Bielle. Assemblage de 3 et 5 ans (fûts de bourbon).
Nez : coco, vanille, orange, muscade, poivre, canne
Bouche : encore une jolie texture, beau mix entre fût et identité Bielle
Finale : fût US gourmand et légère fraîcheur
Très accessible aromatiquement mais aussi par son alcool très bien dosé. Je comprends que ça parte comme des petits pains.
Old Brothers Grogue Bear’s House – 44,6%
Nez : canne, acidité, paille, tamarin confit
Bouche : à la fois sucré et acide, bien équilibré avec la texture grasse, canne, tamarin à nouveau, très artisanal
Finale : je n’ai rien écrit :/

Chambre 405 – Clément

Rhum Society 2022 – Clément Canne Bleue 2021, Clément Single Cask Canne Bleue et Clément millésime 2002

Clément Canne Bleue 2021 – 50%
Confirme ma bonne impression du Rhum Fest Paris même si la finale est rapidement herbacée.
Clément Single Cask Canne Bleue – 41,6%
Nez : on a bien l’association jus et bois ce qui en soit n’est pas mal pour un VSOP mais il manque de gourmandise
Bouche : pareil que le nez
Finale : débute sur le fût, puis à nouveau la fraîcheur de la canne
On est clairement bien loin des anciens SC Canne Bleue de la maison, normal quand on voit la diminution massive du compte d’âge.
Clément Millésime 2002 42% (15 ans)
Nez : vanille (principalement), sur la douceur et la finesse ; un peu trop simple
Bouche : plus de corps avec un boisé plus marqué et un alcool pas si doux, torréfié et épicé
Finale : assez longue sur le fût fortement chauffé et toujours la vanille, plus étonnant la fraîcheur de la canne revient joliment
Impression en demi-teinte.

Chambre 407 – Excellence Rhum

Rhum Society 2022 – Excellence Rhum

Excellence Rhum Belize Travellers 2005 brut de fût
Y’avait pas 😦
Excellence Rhum New Yarmouth 27 ans 1994 brut de fût (distillation colonne)
Nez : hyper gourmand, coco, vanille, orange, torréfié, tabac et un tout petit peu de funk jamaïcain ? Peut-être bien mais vraiment super discret
Bouche : alcool marqué mais une goutte suffit étant donné l’intensité aromatique avec essentiellement les marqueurs du fût mais aussi une certaine acidité fruitée fugace
Finale : on garde cette énorme gourmandise “Barbade/Bélize” avec une grosse concentration
Très très gourmand (oui c’est vraiment le mot qui revient) – première fois que je dégustais un New Yarmouth sur ce profil


Chambre 408 – Compagnie des Indes

Rhum Society 2022 – Compagnie des Indes Carribean 8 ans et Compagnie des Indes Single Cask Dominican Republic 11 ans

Compagnie des Indes Carribean 8 ans – 43%
Assemblage de deux rhums blancs (Nicaragua et Panama) vieillis ensemble 8 ans dans un ex fût de rhum, pas de sucre ajouté
Facilité mais loin de l’écœurement ou de la simplicité de certains hispaniques – très bien sur ce créneau-là.
Compagnie des Indes SC Dominican Republic 11 ans – 45%
Nez : pâtissier, vanille, fruits à coque, assez droit
Bouche : un peu moins intéressante et plus linéaire
Finale : la gourmandise revient de manière sèche sur le boisé US pas désagréable
Compagnie des Indes Boulet de Canon 12 – 46%
Finish whisky tourbé (on ne connaît pas la distillerie). On reconnaît bien la tourbe déjà au nez, puis crescendo jusqu’à la finale. Une édition Boulet de Canon classique ; je préfère les éditions impaires où les techniques pour apporter du fumé sont toujours un peu barrées.


Chambre 503 – Papa Rouyo

Rhum Society 2022 – Papa Rouyo le Rejeton 2021 et Papa Rouyo ESB Sanblaj

Pour ceux qui n’auraient pas suivi, il s’agit d’une toute jeune marque guadeloupéenne qui met un gros focus sur les planteurs et le terroir. Normal puisque c’est un collectif de planteurs de la commune du Moule qui est à l’origine de ce projet.
Pur jus de canne distillé sur alambic à repasse (les deux passes se font sur deux alambics différents).
Papa Rouyo le Rejeton 2021 – 56%
90% canne rouge et 10% barbadienne
Nez : pur jus alambic évident, belle intensité, côté marin assez marqué
Bouche : sucrosité et texture qui enrobe bien
Finale : assez longue sur une canne végétale et saline
Jolie impression générale ou le côté alambic à repasse n’est pas trop marqué (même si indéniable, surtout au nez) et qui offre une jolie texture
Papa Rouyo ESB Sanblaj 45%
Il s’agit d’un rhum agricole élevé sous bois distillé sur colonne, qui a été acheté à une autre distillerie.
Nez : déjà bien boisé sur une identité gourmande beurrée, poivrée, vanillée et zestée
Bouche : on retrouve un peu le jus de canne avec le fût toujours présent
Finale : essentiellement boisé
J’ai également pu goûter un rhum en cours de vieillissement issu de la production de Papa Rouyo qui est élevé dans 4 fûts différents. Il en était à 14 mois de vieillissement et titrait 60,8%.
On a clairement l’apport du jus de canne sur alambic mais déjà mâtiné d’un boisé très intéressant et complexe. A voir quand cela sortira et donc quel âge il aura.

Chambre 505 – Plantation

Rhum Society 2022 – Plantation et la Barge 166

Chez Plantation, en plus des trois bouteilles présentées, étaient en dégustation des échantillons de trois rhums destinés à être vieillis sur la péniche Plantation, la Barge 166. Là où cela devenait encore plus intéressant, c’est que des versions déjà âgées de 8 mois sur la Seine étaient également là pour être goûtées. J’ai dégusté le Jamaïque, avant et après, et en effet 8 petits mois ont suffi à déjà changer son profil sensiblement. Hâte de voir comment cela évolue.

Voilà pour mes dégustations du premier week-end 🙂

Pour ceux qui sont curieux de voir comment ça s’est passé les années précédentes, voici de quoi étancher votre soif :
Rhum Society 2020
Rhum Society 2021 – partie 1
Rhum Society 2021 – partie 2
Rhum Society 2021 – partie 3

4 thoughts on “Rhum Society 2022 – partie 1

  1. Bonsoir.
    merci pour cette 1ère partie alléchante.
    petites questions pas du tout intéressées :
    pour le TDL 19 ans du bar 1802, y a t’il de grosses différences avec l’Excellence Rhum de même origine sorti l’année dernière ?
    et pour le nouvel Excellence Ney Yarmouth, des différences avec le Plantation 1994 sorti pour le dernier anniversaire de LMDW ?
    Merci encore

    Like

  2. Pingback: Rhum Society 2022 – partie 2 | Les rhums de l'homme à la poussette

  3. Hello Fabien et désolé pour cette réponse tardive.
    Je vais te faire toutes mes réponses “de tête”. Il me semble que les deux TDL sont assez proches, avec cette dominante cassis si particulière. Je n’ai pas l’image du Plantation 94 pour l’anniv LMDW, mais je crois qu’ils sont différents, puisque le NY Excellence Rhum est le premier que j’ai dégusté de cette distillerie sur ce profil.
    Voilà 🙂

    Like

  4. Pingback: Rhum Society 2022 – bonus | Les rhums de l'homme à la poussette

Leave a Reply to Fabien Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s