Une transversale de blancs pur jus de canne – Les bruts de colonne – partie 5

Je vous en parlais dans la quatrième partie, voici 5 nouveaux rhums purs jus de canne bruts de colonne ! Je n’épargne rien à mon palais afin d’aller au bout de l’exploration de cette catégorie grandissante. Pour cet ultime article, que des agricoles, entre Guadeloupe et Martinique.
Merci à David, principal pourvoyeur des échantillons de ce line-up !

C’est tout d’abord une grande fraîcheur qui envahit les narines, à la fois végétale et légèrement mentholée. La canne arrive juste derrière avec des facettes fruitées, terreuses et poivrées. Sur le second nez, il gagne naturellement en intensité mais plus du côté végétal et terreux que vers la gourmandise fruitée. Un peu de repos permet de remettre les choses en place mais endort aussi un peu ce rhum.
La bouche est explosive (alcool et arômes) et sucrée, une pointe salée vient même accroître cette sucrosité. Canne et citron vert forment le duo star. Ce dernier fonctionne très bien et, allié à la douceur, il rend ce rhum très plaisant.
La finale est moyennement longue et va progressivement revenir vers des notes un peu plus végétales ; émerge même une certaine amertume.
Ce premier brut de colonne du line-up m’aura surtout séduit grâce à sa bouche qui ne demande qu’à y revenir. Le sucre équilibre bien la puissance et on connait la belle association canne et agrumes, qui fonctionne bien une nouvelle fois.
Saint James Brut de Colonne Bio 2021 – 73.7%

Une transversale de blancs pur jus de canne – Les bruts de colonne – Saint James Brut de Colonne Bio 2021 – 73.7% (Photo Rhum Attitude)

___________________________________________________

Ce rhum est moins facile d’accès que le précédent, il se laisse moins cerner. De prime abord il semble plus fort en alcool et moins expressif (il n’est même pas si simple de savoir qu’on est face à un pur jus de canne). Puissant, frais et légèrement acide mais les arômes se font désirer. Après avoir étalé le liquide sur les parois du verre, il ne devient pas plus loquace pour autant. Il reste sur cette même trame bien qu’une note plus lourde apparaisse en arrière-plan, ce qui apporte de la profondeur et un certain équilibre.
La bouche est supérieure au nez (tant mieux). Là encore sucrosité et force impriment l’attaque mais les arômes sont toujours aussi hésitants. Ça ne veut pas dire que le jus de canne est totalement absent mais il peine à s’exprimer. Cette bouche est facile mais manque cruellement d’intensité aromatique.
La finale est plutôt courte et s’éteint sur une timide canne végétale et l’impression de douceur qui s’estompe progressivement.
Très moyen ce numéro 2, la matière première n’est pas assez présente. Je me suis ennuyé.
Reimonenq R582 – 77%

Une transversale de blancs pur jus de canne – Les bruts de colonne – Reimonenq R582 – 77% (Photo merci Arnaud :))

___________________________________________________

Celui-ci profite sans doute de la relative timidité du numéro 2 et ses arômes de canne sautent au nez. Cette canne est gourmande et légèrement organique ; elle me ferait presque penser à une distillation sur alambic par la manière dont cette canne à sucre s’exprime. Les agrumes viennent ensuite. Avoir agité le rhum le fait s’exprimer un cran au-dessus, tant au niveau des arômes que de la puissance alcoolique. On perd un peu cette idée d’un jus de canne distillé sur alambic mais on garde la canne fruitée et les agrumes très frais. Le poivre vient se joindre à la fête.
La bouche est saisissante tant elle se démarque de celles des deux premiers rhums. L’attaque offre une puissance mesurée, puissance qui va rapidement gagner en intensité (même un peu trop). La canne est sucrée et à peine poivrée. A noter que la cavité buccale est bien envahie par le liquide et ses arômes.
La finale est étonnamment longue et va, au fil des secondes, devenir plus lourde et capiteuse, tout en gardant une certaine verdeur citronnée et végétale, ainsi qu’une bonne pincée de poivre. Le temps passant le poivre devient même terreux.
Il m’a bien plu celui-ci. Gourmandise et plaisir sont au rendez-vous ! Un peu trop puissant sans doute et l’ultime note terreuse n’est pas des plus plaisantes mais l’ensemble est vraiment réussi.
La Favorite Brut 2 Colonnes 2021 – 71.3%

Une transversale de blancs pur jus de canne – Les bruts de colonne – La Favorite Brut 2 Colonnes 2021 – 71.3% (Photo Excellence Rhum)

___________________________________________________

Plus classique que ce quatrième, avec une canne (discrète) sur des notes végétales, un zeste de citron vert et des notes minérales. Il manque de gourmandise et « d’accroche ». L’alcool est bien présent. Le deuxième nez fait apparaître une note de fleur capiteuse de manière franche, qui va même dominer les débats. Jus de canne et citron vert sont toujours présents mais bien en retrait. Du repos lui est bénéfique ; cela va permettre aux arômes de se caler et de s’aligner pour qu’ils s’expriment d’un même ton.
L’attaque – comme souvent sur les bruts de colonne – est explosive d’alcool, de sucre et d’arômes (ici de canne fruitée, enfin !). Nous sommes donc totalement dans un autre registre ici que sur le nez. On découvre donc un rhum gourmand et expressif, ce qui lui faisait défaut plus tôt.
La finale est moyennement longue. La bonne impression en bouche demeure un moment avant d’être rejointe par une facette plus herbacée et légèrement amère.
Un rhum en deux temps, dont le nez ne laisse pas présager grand-chose mais dont la bouche surprend agréablement.
Barikenn Montebello Brut de Colonne – 81.6%

Une transversale de blancs pur jus de canne – Les bruts de colonne – Barikenn Montebello Brut de Colonne – 81.6% (Photo Rhum Attitude)

___________________________________________________

Ce petit dernier du line-up fait penser au précédent mais avec les défauts en moins. Un certain classicisme mais avec une canne plus fruitée et gourmande et de manière générale il se fait plus expressif et agréable. Une fois le rhum recouvrant le verre, il se met à développer une note très vive et « pointue » de citron vert. Les autres acteurs sont toujours en place et cette fraîcheur zestée ne dérange pas le moins du monde la dégustation, qui reste équilibrée. Une pointe d’amande traîne dans les parages.
La bouche est… oui, explosive ! On a du sucre et de la canne qui agresse (positivement) immédiatement les papilles, alors que l’alcool – cette fois-ci – est un peu plus discret (bon, ce n’est pas une bière sans alcool non plus hein). Vraiment très agréable, il ne demande qu’y en reprendre une gorgée, la texture huileuse n’y est pas pour rien.
La finale est assez longue et démarre sur une jolie et logique suite de la bouche, avec canne et sucre. C’est après une bonne demi-minute que des notes plus végétales apparaissent, elles -mêmes faisant place un peu plus tard et des arômes terreux, qui vont devenir très (trop) présents.
Il n’est pas sans m’avoir fait penser au troisième. Nez et bouche réussis et finale très portée sur la terre.
Montebello Bolokos 2 – 77%

Une transversale de blancs pur jus de canne – Les bruts de colonne – Montebello Bolokos 2 – 77% (Photo Excellence Rhum)

___________________________________________________

Une série un peu plus variable en qualité que les précédentes, avec deux rhums qui se détachent mais n’arrivent pas à se départager. Ce sont les la Favorite B2C et le Bolokos 2 qui occupent la première marche du podium grâce à des nez aussi gourmands que les bouches. Vient ensuite le second batch du bio de Saint James, car même s’il n’est pas au niveau des deux premiers, il parvient à procurer beaucoup de plaisir sur un profil un peu plus complexe mais aussi plus classique. Le survitaminé du groupe et ses 81.6% se place en quatrième place avec une bouche bien plus plaisante que le début de la dégustation, ce qui le sauve. Ferme donc la marche le Reimonenq R582 et son profil trop “plat” ; j’en ai été surpris au regard du Reimonenq des Frères de la Côté qui lui est nettement supérieur.

Dégustation à l’aveugle de bruts de colonne partie 1.
Dégustation à l’aveugle de bruts de colonne partie 2.
Dégustation à l’aveugle de bruts de colonne partie 3.
Dégustation à l’aveugle de bruts de colonne partie 4.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s