Une transversale de blancs pur jus de canne – 15ème prise

Ça y est, j’ai atteint les 100 rhums rhums blancs purs jus de canne dégustés à l’aveugle… Si on additionne les line-ups autour des 50%, ceux dans les environs des 55% et les bruts de colonne/d’alambic, ça en fait un sacré paquet ! Il m’en reste encore quelques-uns sous le coude pour de futures séries et comme c’est toujours un plaisir, je ne vais pas m’en plaindre 🙂
Au programme aujourd’hui, nous sommes sur des rhums compris entre 54% et 60% et sur un mix de quatre origines différentes.

Ce premier rhum se distingue par une fraîcheur multiforme. Les agrumes, la canne, des embruns marins et une petite acidité métallique. Il manque peut-être un peu « d’épaisseur » mais reste agréable. Après un moment, la fraîcheur décroit et la canne prend en assurance sur des notes organiques et florales. Une fois le rhum étalé sur les parois du verre, on retrouve une grande vague de frais, poussée par un alcool qui titille légèrement le nez. Une discrète note brûlée fait également son apparition.
La bouche est immédiatement très intense et chauffe assez vite. On retrouve nos participants : canne à sucre, agrumes, notes marines et un peu de métal chauffé. Une pincée de sucre rend cette bouche encore plus aimable. Bien.
La finale développe des notes salines et même salées. La canne passe au second plan et s’habille de vert. C’est cette double impression qui va rester un bon moment sur le palais.
Intéressant et plaisant. La finale devient un peu trop salée et marine cependant.

Ferroni Dame Jeanne 10 Maurice – 57%

Une transversale de blancs pur jus de canne – 15ème prise – Ferroni Dame Jeanne 10 Maurice – 57% (photo : Excellence Rhum)

______________________________________________________________________

Le nez de ce deuxième rhum est moins frais que le premier mais ne démérite pas pour autant, avec une canne végétale et fruitée bien en place et une touche terreuse. Là aussi un petit air marin – ainsi qu’un quelque chose d’épicé et chaud – se remarque. L’alcool ressort sur le second nez, tandis qu’une facette florale de la canne surgit. Les autres arômes restent en place et sont légèrement boostés.
L’attaque prend tout de suite la cavité buccale. Une canne à sucre légèrement sucrée et fruitée occupe le premier rang. Une pointe salée fait ressortir le sucre, ce qui marche bien.
La finale, qui reste intense, commence comme une continuité logique de la bouche, puis se transforme pour prendre, sur celui-ci aussi, des accents salins marqués.
Intéressant et étonnant de voir comme les deux finales des premiers rhums se rejoignent. J’ai sans doute une petite préférence pour celui-là mais très ténue.

A1710 – La Perle Rare Canne R579 2019 – 54.2%

Une transversale de blancs pur jus de canne – 15ème prise – A1710 – La Perle Rare Canne R579 2019 – 54.2% (photo : Excellence Rhum)

______________________________________________________________________

Bien plus réservé que ce nez où il faut aller chercher au fond du verre pour y déceler les arômes. Tout est très discret et c’est dommage car ce sont avant tout les fruits qui se manifestent. Fruits exotiques et touche de fruits rouges, qui donnent envie d’aller plus loin mais qui demeurent très « aériens ». Le rhum bien agité dans le verre va faire ressortir l’alcool (mais à ces degrés là, ça risque d’être une constante) mais aussi la fraîcheur et les fruits exotiques, dont certains sont presque trop mûrs. Apparaît aussi une note de distillation/brûlé, heureusement en arrière-plan, qui avec du repos prendrait presque une intonation torréfiée sur le café. En tout cas, les minutes passées dans le verre l’ont rendu moins timide, et tant mieux.
Pas d’explosion mais une intensité qui va crescendo sur les fruits exotiques – toujours aussi à point – mais aussi une canne à sucre tout aussi mûre et le citron vert pour un peu de fraîcheur. Une jolie bouche.
La puissance de l’alcool reste quelques instants sur la langue avant que ne se mettent en place des arômes centrés autour de la canne et de ses différentes facettes.
Dans un autre style, ce troisième rhum de la dégustation s’en tire plutôt bien. Je suis en train de me dire qu’établir un classement ne va pas être aisé…

Trois Rivières 55 Origines – 55%

Une transversale de blancs pur jus de canne – 15ème prise – Trois Rivières 55 Origines – 55% (photo : Excellence Rhum)

______________________________________________________________________

Très expressif, il se révèle très atypique, puisque ce sont des arômes de fenouil et d’anis qui frappent d’emblée. La canne à sucre est là aussi mais en retrait et est rejointe par le zeste de citron vert. Niveau fruits exotiques c’est la mangue qui porte le flambeau. La fraîcheur est franche et l’alcool timide. Intéressant. Sur le deuxième nez, cette fraîcheur devient encore plus conquérante et les seconds rôles se hissent au premier plan pour reléguer l’anis et le fenouil sur des strapontins.
L’attaque est intense sur la fraîcheur mêlée de sucrosité. La texture soyeuse se remarque et alors que c’est une canne sucrée qui ouvre le feu, c’est l’anis qui prend ensuite possession du palais. La mangue fait de la résistance. Quand je pense que je n’aime pas l’anis en temps normal…
La finale est toujours dirigée par l’anis et la double sensation fraîcheur/douceur perdure, joliment menée par la canne et la mangue.
Un rhum tout à fait unique qui parvient selon moi à allier intérêt et plaisir. Je ne sais pas si je l’essaierai en ti’punch mais ce n’est pas grave, je pourrais le boire tel quel sans problème !

Ferroni Dame Jeanne 12 – Guyane 57%

Une transversale de blancs pur jus de canne – 15ème prise – Ferroni Dame Jeanne 12 – Guyane 57% (photo : Excellence Rhum)

______________________________________________________________________

On retombe sur un rhum dans le plus pur classicisme : canne aux facettes végétale, fruitée et florale et fraîcheur du citron vert. Il fonctionne, on verra s’il continue dans cette voie « traditionnelle » ou s’il développe une identité propre par la suite. Une fois les parois du verre couvertes du liquide, ce profil ne change finalement pas (même si le citron vert n’est plus le seul agrume) mais devient plus intense. Simple et efficace, un rhum plaisir.
Voilà un rhum très rond, la canne est grasse et prend des accents de marron glacé – c’est rare et comme Nico Rumlover (bisou), j’adore ça. C’est équilibré et moelleux à la fois.
La finale prend un chemin classique de canne végétale rehaussée de zeste de citron vert, bien que cette châtaigne ne disparaisse pas tout à fait. La douceur demeure un bon moment et empêche peut-être l’amertume de poindre.
Punaise ce qu’il va être ardu de départager ces rhums…

Longueteau 60 ans Maison Clet (canne rouge) – 60%

Une transversale de blancs pur jus de canne – 15ème prise – Longueteau 60 ans Maison Clet (canne rouge) – 60% (photo : Excellence Rhum)

______________________________________________________________________

Moins « évident » que ce dernier rhum du line-up. Il ouvre les hostilités sur une canne au floral velouté, qui va laisser passer des notes d’orange, de citron vert et de poivre. L’ensemble va créer un équilibre qui marche bien. Le deuxième nez nous confirme que ce rhum n’est pas à 40% et il se rapproche étonnamment du précédent, avec une canne à sucre au profil complet (à dominante florale tout de même) et aux agrumes, qui sont ici peut-être un peu plus frais.
L’alcool est bien dosé et permet de le garder un moment en bouche. La sucrosité est présente mais parait timide en comparaison des deux rhums précédents. La canne est la star, toujours sous ce visage principalement floral, qui – comme vous le savez sans doute – n’est pas mon favori.
La finale est moyennement longue est nous confirme que cette facette florale ne souhaite pas se laisser marcher sur les pieds.
Honnêtement ce rhum est plutôt réussi mais cette main mise florale tout au long de la dégustation m’aura un peu dérangé.

Longueteau Parcelle n°9 2018 – 55%

Une transversale de blancs pur jus de canne – 15ème prise – Longueteau Parcelle n°9 2018 – 55% (photo : Excellence Rhum)

Une très belle transversale, avec un niveau moyen franchement élevé, quelques égalités et deux coups de cœur. Commençons justement par les deux rhums qui m’ont fait la plus forte impression, et qui occupent tous les deux la plus haute marche du podium : le Ferroni Dame Jeanne n°12 de Guyane Française et le Longueteau qui avait été embouteillé pour les 60 ans de la Maison Clet (caviste à Louviers en Normandie, organisateur de ce salon). Le Ferroni possède une vraie identité tout en procurant beaucoup de plaisir, alors que le Longueteau mise tout sur la gourmandise et le fait extrêmement bien. Il ne me reste qu’un tout petit fond de cette dernière – qui est désormais introuvable – en revanche, je compte bien acheter ce guyanais ! En troisième place, on file en Martinique chez A1710 avec la cuvée 2019 de La Perle Rare canne rouge. Le « millésime » 2017 m’avait beaucoup plus et le 2019 confirme son gros potentiel. J’ai d’ailleurs goûté la récolte 2021 chez Dugas l’année dernière, et c’était, selon moi, le meilleur des blancs de la distillerie. Deux bons rhums sont au coude à coude à la Quatrième place, le Trois Rivières Origines et le Ferroni Dame Jeanne Maurice. Ils auraient pu accrocher un meilleur classement s’ils n’avaient pas été intégrés à un line-up au niveau aussi haut. Et enfin à la sixième place, le Longueteau Parcelle n°9 2018, qui suivait une trame un peut trop florale à mon goût. Mais vous pouvez imaginer, celui-ci dernier, la grosse moyenne de cette série.

Des dégustations comme celle-ci, je signe pour en refaire tous les jours !

Retrouvez les précédentes dégustations à l’aveugle ici :
Transversale n°1
Transversale n°2
Transversale n°3
Transversale n°4
Transversale n°5
Transversale n°6
Transversale n°7
Transversale n°8
Transversale n°9
Transversale n°10
Transversale n°11
Transversale n°12
Transversale n°13
Transversale n°14

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s